Les Randos de Fred & Paul

Etape 11 : Hautgné → Deigné (23 km) réalisée en août 2013

C’est sous un léger brouillard que nous commençons cette étape. Très vite, le tracé rouge et blanc quitte l’asphalte pour un chemin de terre qui monte, entre les prairies, vers une petite route que nous traversons. Nous poursuivons, en face, sur un chemin empierré descendant vers le ruisseau de la Haze. A l’orée d’un petit bois, le GR 575-576 remonte, en direction du château d’eau de Dolembreux.

Au lieu-dit la « Haie des Pauvres » nous suivons un sentier creux, bordé d’arbres, et franchissons, sur un pont, la Haze. Ce ruisseau est l’objet, depuis dix ans, de plusieurs études piscicoles. En effet, il est probablement le dernier, entre Liège et Comblain-la-Tour, à permettre aux truites fario de se reproduire.

GR 575-576 entre Hautgné et Dolembreux

Nous atteignons une route et contournons un étang appartenant à la ferme de Wachiboux. Située hors GR, celle-ci date de la fin du XVIIe siècle. Ses murs, d’une épaisseur pouvant aller jusqu’à 120 cm, sont percés de fenêtres qui sont d’anciennes meurtrières agrandies. Nous retrouvons un sentier menant vers le hameau de « Haie des Chênes » et, un peu plus loin, les balises d’un itinéraire de liaison permettant de rejoindre le GR 5 à Fraipont. Le parcours continue, en légère montée, entre prairies et bosquets, jusqu’au château d’eau de Sprimont.

GR 575-576 entre Hautgné et Dolembreux Liaison GR 5 et GR 575-576

Nous nous dirigeons ensuite vers une butte (réservoir d’eau) et partons, vers la droite, sur un chemin caillouteux. Après avoir suivi la rue d’Ogné, sur 200 mètres, le GR 575-576 s’en va vers la gauche à hauteur du monument Hazotte. Le 6 août 1914, les Allemands fusillèrent 35 habitants de Lincé et brulèrent une cinquantaine de maisons sous le prétexte que des francs-tireurs les avaient pris pour cible. Ce menhir moderne, provenant de la carrière de Lillé, a été érigé en mémoire de ces 35 habitants.

GR 575-576 : Lincé, monument Hazotte

Nous longeons une prairie puis y pénétrons grâce à un échalier ; un tourniquet, un peu étroit, dissimulé dans la haie permet de sortir de cette pâture. Par un beau sentier, nous arrivons dans le hameau de Xhignez (Lincé) où, ayant déjà parcouru 8 km, nous effectuons une petite pause, au pied d’un chêne. Cet arbre, planté en 1934, évoque le souvenir d’Henri Simon qui vécut de 1884 à 1939, année de sa mort, ici à Lincé. C’est dans les campagnes lincéennes, au contact des petites gens, que ce grand écrivain wallon trouva l’inspiration pour son œuvre poétique d’une exceptionnelle qualité appelée « Li Pan dè Bon Diu ». Il dépeint en 24 tableaux une image fidèle des travaux des champs, allant des labours à la dégustation du pain.

GR 575-576 entre Lincé et Xhignez GR 575-576 : Lincé, chêne Henri Simon

Après cette pause, le balisage nous emmène rapidement sur un chemin caillouteux entre les prés puis nous fait descendre, par un chemin de terre, vers le fond de la vallée. Nous arrivons sur la N678 que nous suivons sur 200 mètres avant de la franchir. Les rues Basse-Lillé puis Haute-Lillé nous font traverser le hameau de Lillé. Nous sommes ici, sur la commune de Sprimont, dans une région qui compte de nombreuses carrières de pierre bleue.

GR 575-576 entre Xhignez et Lillé

Au coin d’une ferme, le tracé rouge et blanc tourne en épingle à cheveux et poursuit son ascension sur un chemin empierré puis herbeux. Arrivés au sommet (290 mètres d’altitude), nous découvrons un vaste paysage et cheminons, pendant un kilomètre, sur la crête. Nous retrouvons l’asphalte et, après un droite - gauche, poursuivons, sur un chemin caillouteux, vers le château d’eau de Florzé sur le « tige » : ligne de points hauts d'un relief séparant deux versants opposés.

GR 575-576 entre Lillé et Florzeé

Après avoir traversé la N30, nous empruntons la rue Mackinhaye et trouvons un banc, à l’ombre d’une haie, qui sera parfait pour notre pause de midi. Nous entamons ensuite une longue descente d’abord sur un chemin herbeux bordé de haies puis, sur un chemin de terre à travers le Bois de Warnoumont. Après 2 km, nous atteignons l’autoroute E25 que nous franchissons grâce à un tunnel.

GR 575-576 entre Florzé et Hotchamps

Même si nous ne l’empruntons pas, on peut évoquer la célèbre Côte de la Redoute dont nous sommes ici très près. Cette côte, sur le parcours de la doyenne des courses cyclistes : Liège - Bastogne - Liège, d'une longueur de 1,7 km a un dénivelé de 161 m passant de 131 à 292 mètres d’altitude au sommet ; elle a un pourcentage moyen de 9,5 % et un pourcentage maximum de 20 %. Cette côte doit son nom à une « redoute » de la bataille de Sprimont qui se déroula le 18 septembre 1794 et opposa les troupes républicaines françaises aux troupes impériales autrichiennes. Une redoute est un ouvrage fortifié isolé, fermé et de forme carrée, destiné à ne fournir qu’une résistance limitée dans le temps.

GR 575-576 : Côte de la Redoute GR 575-576 : Côte de la Redoute

De l’autre côté de l’autoroute E25, nous nous dirigeons vers le hameau de Hotchamps où nous découvrons quelques belles demeures en pierre. Après la traversée de ce charmant hameau, le tracé rouge et blanc monte sur un chemin encaissé, entre prés et champs, jusqu’au point culminant de cette étape (320 mètres d’altitude). Au niveau d’une croix en pierre, nous suivons, sur une dizaine de mètres, une petite route bétonnée avant de prendre un chemin herbeux jusqu’à une autre ancienne croix, en pierre bleue.

GR 575-576 entre Hotchamps et Rouge Thier

Nous poursuivons, de croix en croix, sur d’agréables petits chemins, tantôt herbeux tantôt empierrés, entre les haies. Par moment, nous profitons de larges paysages, sur Deigné notamment, où nous finirons l'étape (dans 4 km). Cette région est particulièrement riche en chantoirs si bien qu’on l’appelle : le vallon des Chantoirs. Le sous-sol de la région se composant de roches calcaires, lorsqu’un ruisseau quitte la surface et continue sous terre, il s’engouffre dans un chantoir. Le bruit de l’eau y pénétrant ressemble à un chant, d’où le nom « chantoir ».

GR 575-576 entre Hotchamps et Rouge Thier GR 575-576 : vue sur Deigné

Nous traversons la N666 et prenons l’empierré en face vers le hameau d’Adzeux (qui vient du wallon « au dzêu » : au-dessus, en haut). Nous longeons ensuite un camping résidentiel avant d’arriver à Rouge Thier ; ce nom fait référence aux collines de schistes ferreux, de teinte rougeâtre. Le mot « Thier », fréquent dans toute la région liégeoise, fait allusion à un versant de collines.

Après un dernier kilomètre sur un chemin de terre, entre de hautes haies, nous arrivons au terme de cette étape, à Deigné, vers 15h20. Deigné est un village rural dont les maisons de pierre (grès et calcaire), pour la plupart du XVIIIe siècle, groupées autour de l'église et de la place flanquée de sa fontaine, forment un charmant ensemble homogène. De 1995 à 2012, le village figurait dans la liste des « Plus beaux villages de Wallonie » mais, il a perdu ce titre en 2013. Il s’est en effet fort étendu ces dernières années et des constructions plus modernes et moins intégrées y ont fait leur apparition... le village a ainsi perdu de son caractère !

GR 575-576 : Deigné GR 575-576 : Deigné : fontaine