Les Randos de Fred & Paul

GR 12 : Malines → Grimbergen (24 km) - octobre 2020

Nous commençons cette étape sur la Grand-Place (Grote Markt) de Malines où nous admirons l’hôtel de ville. L’histoire de cet édifice commence avec une halle aux draps (la partie de droite). Celle-ci devait comporter un beffroi qui symbolisait alors la puissance de la ville, à l’image de la halle aux draps de Bruges. Mais ce beffroi n’a jamais été achevé car, au XIVe siècle, le commerce des draps a connu un rapide déclin et la ville a manqué d’argent pour terminer la construction. La tour resta donc à l'état de gros œuvre jusqu'à recevoir enfin un toit provisoire deux siècles plus tard ; ce dernier est toujours en place.

Sur la gauche, on trouve le palais du Grand Conseil… qui ne s’y est jamais réuni car cette aile n’a été achevée qu’au début du XXe siècle, selon les plans originaux du XVIe siècle dessinés par le grand architecte Rombout Keldermans. Du côté de la Befferstraat, on peut voir 36 médaillons qui représentent plusieurs dirigeants, de Pépin de Landen (622-639) à Philippe le Bon (1478-1506).

GR 12 : Malines, hôtel de ville

La statue de bronze devant l'hôtel de ville représente « Opsinjoorke ». Lors des cortèges folkloriques, cette poupée mascotte est portée dans un grand drap de lin et jetée en l'air.

GR 12 : Malines, Opsinjoorke

L’habitante la plus célèbre de Malines est probablement Marguerite d’Autriche dont la statue occupe une position centrale sur la Grand-Place. Au début du XVIe siècle, la jeune veuve de Philibert le Beau, duc de Savoie, écrivit les pages les plus glorieuses de l’histoire de la ville en y installant le gouvernement des Pays-Bas bourguignons. Il s’agissait alors d’assurer l’indispensable intérim pendant la minorité de son neveu Charles, le futur empereur Charles Quint. Marguerite, femme très cultivée, attira à Malines les artistes et les plus grands esprits de l’époque. Elle fit aussi construire un palais où siégea le Grand Conseil, institution judiciaire en forme de Cour Suprême qui rendait la justice sur les 17 provinces. Depuis la fin du XVIIIe siècle, le bâtiment sert de palais de justice.

La Maison échevinale est le premier hôtel de ville en pierre construit à Malines ; il daterait du XIIIe siècle. Aux XIIIe et XIVe siècles, la situation économique de la ville est prospère et l’hôtel de ville s’avère rapidement trop petit pour faire face aux tâches communales qui se multiplient. En 1473, les échevins déménagent et le bâtiment accueille le Grand Conseil qui y siège jusqu’en 1616. Le bâtiment a ensuite été employé à de nombreuses autres activités. Sa dernière fonction est, depuis septembre 2018, celle d’office de tourisme.

GR 12 : Malines, maison échevinale

Par l’Ijzerenleen, nous parvenons sur le pont Grootbrug ou Hoogbrug (Grand Pont ou Haut Pont). Cet ouvrage de grès, surplombant la Dyle, date du XIIIe siècle et serait le plus ancien pont de pierre de Flandre. Autrefois, un péage, à la fois sur l'eau et sur la route, y était installé. C’est sur ce pont que nous croisons le tracé du Streek-GR Dijleland avec qui nous cheminerons pendant 9,5 km. C’est ici aussi que la variante du GR 12 provenant d’Anvers rejoint le parcours « normal ».

GR 12 : Malines, Grootbrug

Les remparts qui entouraient le centre de Malines aux XIIIe et XIVe siècles comportaient douze portes. Au bout de la Hoogstraat s'élève l'unique porte ayant été conservée, la Brusselpoort (Porte de Bruxelles) érigée, au XIIIe siècle, en pierre de Tournai et de Balegem. Son étage supérieur a été supprimé, vers 1580, sur ordre de l’occupant espagnol. Les fortifications ont été abattues au XIXe siècle pour laisser la place aux actuels boulevards extérieurs.

GR 12 : Malines, Brusselpoort

Nous quittons le centre-ville en franchissant le canal Louvain - Dyle. Au départ de Louvain, il dessert Malines avant de rejoindre, après 30 km, à l'écluse du « Zennegat », la partie navigable de la Dyle donnant accès à l'Escaut via le Rupel. Le canal a été creusé en 1750 pour desservir les brasseries installées à Louvain ; il fait partie des plus anciens canaux du pays. Son parcours, longeant la vallée de la Dyle, compte cinq écluses.

GR 12 : canal Louvain - Dyle

Le tracé blanc et rouge nous emmène dans le Vrijbroekpark, un bel espace vert de 50 hectares en bordure de la ville, où nous progressons pendant environ 1 km. À la sortie de ce parc, nous suivons, sur un kilomètre, la Stuivenbergbaan et passons ainsi sous l’autoroute E19.

GR 12 : Malines, Vrijbroekpark

C’est devant une chapelle dédiée à Notre-Dame de la Miséricorde que ce tronçon routier, peu passionnant, se termine. Si l’origine de cette chapelle n’est pas connue, il semble qu’elle date de la seconde moitié du XVIIIe siècle. À l’intérieur de l’édifice, nous découvrons une quarantaine de figurines en céramique regroupées en deux processions : une procession mariale à gauche et une procession funéraire à droite ; elles ont été réalisées par Georges Herregodts.

GR 12 entre Malines et Zemst GR 12 entre Malines et Zemst

Si le ciel était bleu au départ de Malines, ce n’est à présent plus le cas et la grisaille nous tiendra compagnie le reste de la journée. Tandis que nous évoluons sur un chemin herbeux (et boueux) au milieu d’un champ de maïs, nous essuyons une petite averse. Après 1,5 km, nous traversons la Senne (suivie depuis 400 mètres) et continuons brièvement sur l’autre rive. Cette rivière prend sa source à une quarantaine de kilomètres de Bruxelles, près de Soignies. Ses eaux traversent Rebecq, Tubize et Hal avant d’atteindre Bruxelles. À la sortie de la capitale, la Senne coule vers Vilvorde et Zemst puis se jette, après 103 km, dans la Dyle.

GR 12 entre Malines et Zemst

Un tunnel aménagé pour les cyclistes nous permet de franchir en toute sécurité une voie ferrée puis, nous marchons, pendant 1,3 km, sur un sentier asphalté passant entre la Senne et l’Eglelemvijver. Cet étang, de 43 hectares, a été creusé, à la fin des années 1960, comme une fosse d'extraction de sable pour construire l'autoroute E19. Le site est fréquenté par de nombreux pêcheurs, mais aussi par les amateurs de voile ou de planche à voile.

GR 12 entre Malines et Zemst GR 12 entre Malines et Zemst, Eglelemvijver

Nous quittons la province d’Anvers pour celle du Brabant flamand et empruntons un chemin dont l’accès nous est pourtant interdit par une barrière de chantier. Nous contournons ainsi le château de Relegem. Ce bel édifice, entouré de douves, date dans son état actuel de la seconde moitié du XVIIIe siècle, mais son origine remonterait au XIVe siècle.

GR 12 : château de Relegem

Après avoir traversé la Hoogstraat, nous progressons sur des chemins herbeux au milieu de la campagne et parvenons à un croisement où le Streek-GR Dijleland nous quitte tandis que le GR 128 : Vlaanderenroute nous rejoint. Ce sentier de grande randonnée relie, sur 680 kilomètres, Wissant (en France) à Aachen.

GR 12 entre Malines et Zemst

Nous prenons encore un chemin où nous n’avons normalement pas le droit de circuler puis, pendant près de deux kilomètres, nous avançons sur de petites routes de l’entité de Zemst. Nous abordons ensuite un parcours très agréable avec une succession de sentiers herbeux zigzaguant entre les terres cultivées.

GR 12 entre Zemst et Humbeek GR 12 entre Zemst et Humbeek

Le tracé blanc et rouge atteint le canal maritime de Bruxelles à l’Escaut (anciennement canal de Willebroek). Jusqu’en 1561, les bateaux quittant Bruxelles suivaient les cours sinueux de la Senne, du Rupel et de l’Escaut pour rejoindre Anvers. La navigation sur la Senne était longue et rendue difficile en période de basses eaux et de crues. De plus, les droits de passage des villes situées sur son parcours (dont Malines) freinaient le développement économique de Bruxelles. En 1477, Marie de Bourgogne autorise la construction d’un canal avec un tracé différent de celui de la Senne. Mais il faut attendre près d’un siècle, et une nouvelle autorisation de Charles Quint, pour que débutent les travaux.

Construit entre 1551 et 1561, il relie, en ligne droite, Bruxelles à Willebroek en 28 km (soit 1 à 2 jours de navigation), nettement moins que les 120 km de méandres de la Senne (8 jours navigation ou plus). Lors de la dernière modernisation, entamée en 1965, le canal a été élargi à 55 m (25 m pour les écluses) et le tirant d'eau adapté. La construction de deux nouvelles écluses à Zemst et Hingene permet aujourd’hui de déboucher non plus dans le Rupel à Willebroek, mais directement dans l'Escaut à Wintam. Le port de Bruxelles est maintenant accessible aux navires de mer de 4 500 tonnes et aux convois poussés de péniches de 9 000 tonnes. Le canal a changé de nom, en 1997, pour devenir le canal maritime de Bruxelles à l’Escaut.

Nous franchissons le pont levant qui enjambe le canal. Construit en 1968, il présente une partie mobile en acier d'une longueur de 38,4 m et d'une largeur de 11,6 m. De l’autre côté du cours d’eau, même si rien ne l’indique, nous nous séparons du GR 128 qui nous a accompagné pendant 5,7 km. Le GR 12 évolue ensuite au bord du canal durant 1,4 km.

GR 12 : pont de Humbeek GR 12 entre Humbeek et Grimbergen

Au-delà de la Benedestraat, nous progressons, en légère montée, pendant 1,5 km, sur des chemins de terre au milieu des champs.

GR 12 entre Humbeek et Grimbergen

Après un bref tronçon routier, nous pénétrons dans le Lintbos. En 1939, un aérodrome de réserve a été construit à Grimbergen. Peu de temps après le déclenchement de la Seconde Guerre mondiale, ce dernier est tombé aux mains des Allemands. Après la libération, le gouvernement a décidé de donner à l'aéroport une fonction récréative. Une piste a été préservée ainsi que deux hangars à avions, ronds, datant de 1947. Depuis l’an 2000, l'Agence pour la nature et la forêt dispose d'un bail emphytéotique sur la majeure partie de l'aéroport via un accord avec la commune de Grimbergen. Environ 150 000 arbres et arbustes indigènes ont été plantés, représentant 55 hectares de forêt. Deux larges percées perpendiculaires offrent un bel axe visuel sur la basilique de Grimbergen et sur l'église de Beigem.

GR 12 entre Humbeek et Grimbergen, Lintbos GR 12 entre Humbeek et Grimbergen, Lintbos

À la sortie de la forêt, nous empruntons un dernier chemin de terre campagnard et parvenons un peu plus loin face au Tommenmolen où nous croisons le tracé du Streek-GR Groene Gordel avec qui nous terminerons l’étape. Ce circuit de 145 km résulte de l'association de plusieurs chemins de grande randonnée qui traversent le Brabant flamand ; ils sont reliés entre eux par de nouveaux tronçons afin d'effectuer une grande boucle autour de Bruxelles. Tout comme au croisement précédent (pont de Humbeek), rien n’annonce la rencontre des deux sentiers de grande randonnée !

GR 12 entre Humbeek et Grimbergen

Nous suivons, sur la droite, un sentier longeant, pendant un kilomètre, le Maalbeek. Ce ruisseau prend sa source à Relegem (Asse) et se jette dans le canal maritime de Bruxelles à l’Escaut, près de Verbrande Brug, après un parcours d’une douzaine de kilomètres. Sur le territoire de Grimbergen, il actionnait plusieurs moulins dont le Tommenmolen et le Liermolen devant lequel nous allons passer. Nous traversons la N211 et rejoignons le centre de Grimbergen où nous retrouvons le second véhicule.