Les Randos de Fred & Paul

Etape 7 : Los Arcos → Viana (19 km) réalisée en juin 2019

Vers 9h, nous commençons cette étape qui s’annonce bien plus ensoleillée que la précédente. La sortie de Los Arcos s’effectue en passant sous la belle « porte de Castilla ». Située à côté de l’église, c’était la porte d'accès principale de l'enceinte médiévale qui ceinturait la municipalité. La porte de Castilla reçut ce nom parce qu’elle ouvrait la voie vers le royaume voisin de Castille. Il faut signaler que Los Arcos, pendant près de trois siècles, a été annexé à la couronne de Castille, constituant ainsi une enclave importante. La porte actuelle est une succession de plusieurs reconstitutions effectuées aux XVIIe et XVIIIe siècles ainsi qu’en 2007. Le blason royal de Felipe V apparaît au-dessus de l’arcade.

Camino Francés : Los Arcos, porte de Castilla

Nous traversons la N129 ainsi que la rivière Odron et suivons la petite route menant vers le cimetière. Après celui-ci, c’est sur un chemin gravillonné, rectiligne et plat, que nous avançons pendant trois kilomètres. Ce chemin, parallèle à la N111, progresse entre les champs de céréales (blé et orge).

Camino Francés entre Los Arcos et Sansol Camino Francés entre Los Arcos et Sansol

Juste après un petit vignoble, le Camino Francés quitte cette piste pour en emprunter une autre, gravillonnée elle aussi, qui s’élève lentement. Ce tronçon d’1,5 km se passe au milieu des champs mais, de temps en temps, pour varier un peu, nous avons droit à des parcelles de vignes ou à une plantation d’oliviers.

Camino Francés entre Los Arcos et Sansol

Nous rejoignons la N7205 et marchons au bord de celle-ci, sur un kilomètre, jusqu’à Sansol. L’étape du jour étant courte, nous pouvons nous permettre d’effectuer un peu plus de pauses. Le village abrite quelques belles maisons blasonnées ainsi qu’une église baroque dédiée à San Zoilo.

Camino Francés : Sansol Camino Francés : Sansol

Depuis le parvis de l’église, nous profitons d’un beau point de vue sur Torres del Rio ; pour rejoindre ce village, nous n’avons que 700 mètres à parcourir. Ce tronçon, en descente (de 493 à 446 mètres d’altitude), se déroule sur un sentier dallé en lisière de champs.

Camino Francés : Torres del Rio Camino Francés entre Sansol et Torres del Rio

Nous franchissons la rivière Linares et grimpons dans Torres del Rio qui abrite, notamment, l’église du Santo Sepulcro. Cet édifice roman, datant du XIIe siècle, est sans doute l’œuvre d'artisans mudéjares, ce qui explique les éléments d'inspiration mauresque qui le caractérisent. L’église, de forme octogonale, est surmontée d'un lanternon auquel on accède par la tourelle accolée à l'ouest.

Camino Francés : Torres del Rio, église du Santo Sepulcro

On entre dans l'édifice par la porte latérale sud, dont le tympan présente une croix patriarcale, insigne de l'ordre militaire sacré du Saint Sépulcre de Jérusalem. À l'intérieur, le regard est attiré vers la coupole aux nervures épaisses dessinant une étoile à huit pointes. Les fenêtres disposées au bout des branches de l’étoile, les modillons et les chapiteaux historiés sont les seuls éléments décoratifs. Pour un euro, il est possible d’admirer l’intérieur de l’église et d’apposer le cachet sur la credencial.

Camino Francés : Torres del Rio, église du Santo Sepulcro

Nous quittons le village par une rue bétonnée menant au cimetière. Au-delà de ce dernier, le Camino Francés poursuit son ascension sur un petit chemin au milieu de la campagne. 700 mètres plus loin, nous approchons de la N111 que nous allons suivre, de plus ou moins près, durant deux kilomètres. Le paysage, pour notre plus grand plaisir, change progressivement : les champs de céréales laissent la place aux vignobles, les terres non cultivées se font plus nombreuses.

Camino Francés entre Torres del Rio et Viana Camino Francés entre Torres del Rio et Viana

Au bord de la nationale, à 560 mètres d’altitude, nous découvrons la chapelle Nuestra Señora del Poyo (Notre-Dame du Puy), datant, dans son état actuel, du XVIIIe siècle mais dont l’origine remonterait au XIIe siècle. Peu après cette chapelle, nous délaissons temporairement la N111 pour grimper un étroit sentier menant à la N7206. C’est au niveau de celle-ci que se situe le point culminant de l’étape : 576 mètres d’altitude.

Camino Francés entre Torres del Rio et Viana, chapelle Nuestra Señora del Poyo

Après une petite pause, en compagnie d’une pèlerine de la région d’Orléans, nous entamons les sept derniers kilomètres de la journée. Les flèches jaunes nous mènent, en descente, vers le barranco (ravin) de Valdecornava ; le parcours, dans le lit de cet ancien ruisseau, est bien agréable car il s’effectue en zone boisée.

Camino Francés entre Torres del Rio et Viana Camino Francés entre Torres del Rio et Viana

Nous revenons ensuite près de la N111 et descendons, entre les vignes, vers le barranco de Valmayor : 456 mètres d’altitude. Nous trouvons une aire de pique-nique où effectuer la pause de midi avant d’amorcer, de l’autre côté de la nationale, la dernière côte de l’étape. Au sommet, nous retrouvons la N111 et marchons le long de celle-ci (ou à quelques mètres) pendant deux kilomètres.

Camino Francés entre Torres del Rio et Viana Camino Francés entre Torres del Rio et Viana

Vers 14h, nous entrons, par une ancienne porte, dans la charmante cité de Viana. Cette dernière a été fondée par le roi Sancho VII le Fort, en 1219, avec un objectif clairement défensif vis-à-vis de la Castille. Construite sur une butte, il s'agit d'une place forte, aux rues étroites protégées par une épaisse muraille médiévale. La ville servit de résidence aux monarques. En 1432, Carlos III le Noble institua le titre de prince de Viana, et convertit la ville en chef-lieu d’une principauté composée de 14 localités. Ce titre est encore porté actuellement, avec celui de prince des Asturies, par les héritiers de la Couronne d’Espagne.

Viana a connu son époque de splendeur entre les XVIe et XVIIIe siècles. À la suite de l'obtention du titre de cité, en 1630, les nobles qui vinrent s'y établir firent construire de nombreux édifices civils et religieux. La cité conserve, outre les anciennes ruelles du tracé médiéval, certains vestiges de l’enceinte fortifiée : quelques tours, pans de muraille et barbacanes ainsi que plusieurs portes d’entrée dans la ville. Celles-ci sont orientées vers chaque point cardinal : San Felices à l'ouest, San Juan au nord, Estella à l'est et La Solana au sud ; ces deux dernières arborent les armes royales.

Camino Francés : Viana

Dans l’après-midi, nous découvrons, près de notre logement, l'église San Pedro datant du XIIIe siècle. Les graves dommages qu’elle a subis lors de la Première Guerre carliste provoquèrent son effondrement en 1844. Bien qu'elle soit en ruine, son portail baroque du XVIIIe siècle est en bon état, et présente une niche abritant une statue de San Pedro. L'ancien cimetière est devenu un jardin public d’où l’on profite d’un beau point de vue sur la vallée de l’Ebre.

Camino Francés : Viana, église San Pedro

L’église Santa María, de style gothique, a été construite entre 1250 et 1312. Le clocher et le portail sud, de style renaissance, furent ajoutés au XVIe siècle. La structure de ce portail est semblable à un grand retable en pierre où se combinent l'architecture et la sculpture. En examinant son iconographie, on peut y reconnaitre des épisodes des travaux d'Hercule, des scènes de la vie du Christ, une Vierge assise et des personnages de l'Ancien Testament.

Camino Francés : Viana, église Santa María

C'est devant ce portail que se trouve la tombe de César Borgia, le très ambitieux fils du pape Alexandre VI et frère de Lucrèce Borgia. Prince, guerrier et homme politique, il fut tué en 1507, à proximité de Viana, par les soldats du comte de Lerín. César Borgia a été enterré dans l’église mais, quelques années plus tard, l’évêque de Calahorra, considérant comme un sacrilège que ses restes furent ensevelis dans un lieu sacré, ordonna de les enterrer à l’extérieur « afin que les hommes et les bêtes le piétinent pour expier ses péchés ». Sur la dalle de marbre, on peut lire : « César Borgia. Généralissime des Armées de Navarre et Pontificales. Mort sur le territoire de Viana le XI mars MDVII ».

À l’intérieur de l’église, accessible au moment des offices, on peut admirer un beau retable baroque du XVIIe siècle. Dédiée à la Vierge, on y devine diverses scènes de sa vie ; les douze apôtres sont aussi représentés sur cet ouvrage monumental.

Camino Francés : Viana, église Santa María