Les Randos de Fred & Paul

Etape 2 : Bekkevoort → Lubbeek (23 km) réalisée en juillet 2020

Info : pour effectuer cette étape, nous avons pris le bus De Lijn 370 entre Lubbeek (Schubbeek) et Assent (Oprit A2).

Depuis l’arrêt de bus, au bord de la N2, nous devons d’abord marcher 700 mètres afin de retrouver le tracé blanc et rouge. Le début de l’étape s’effectue sur une alternance de chemins (herbeux, gravillonnés ou pavés) et de petites routes ; un parcours relativement plat évoluant parallèlement à la N2.

GR 512 entre Bekkevoort et la Vlooybergtoren GR 512 entre Bekkevoort et la Vlooybergtoren

Après six kilomètres, nous entamons, sur un chemin encaissé, la montée (de 36 à 80 mètres d’altitude) vers le plateau agricole. Au sommet, au milieu des champs de maïs, nous découvrons une étonnante construction : un escalier flottant en métal. Cette tour d’observation a été érigée en 2013 pour remplacer l’ancienne tour en bois.

GR 512 entre Bekkevoort et la Vlooybergtoren

La « Vlooybergtoren » mesure 11,28 mètres de haut, 20 mètres de long et pèse 13 tonnes. La tour est composée d'un cadre en acier galvanisé recouvert d'acier Corten, ce qui lui donne sa couleur brun rouille caractéristique ; cette teinte évoque le grès ferrugineux si présent dans le Hageland. La construction de 55 marches semble défier les lois de la gravité mais, elle repose sur un petit socle en béton massif et reste debout grâce à douze câbles ancrés dans les fondations du Vlooyberg. Du haut de ce site, très touristique, nous profitons d’une très belle vue qui, paraît-il, s’étend de Vilvoorde à Beringen.

GR 512 : Vlooybergtoren

Nous traversons la Blerebergstraat et descendons peu après vers Optielt. Ce tronçon, de 500 mètres, s’effectue sur un sentier bétonné passant entre les terres cultivées. Au centre du village se dresse l’église Saint-Martin dont on devine bien les différentes phases de construction et de rénovation. Les parties les plus anciennes (la base de la nef et la tour), bâties en grès ferrugineux, datent des XIIe et XIIIe siècles. Les parties les plus récentes (XVIe et XVIIIe siècles) ont été construites en briques.

GR 512 entre la Vlooybergtoren et Optielt GR 512 : Optielt, église Saint-Martin

Au-delà de l’édifice religieux, le tracé blanc et rouge poursuit sa descente sur de petites routes et se dirige ensuite vers le Walenbos. À l’entrée de ce bois, nous trouvons un banc, bien à l’ombre, pour effectuer la pause de midi. Pendant deux kilomètres, nous évoluons dans ce domaine (500 ha) qui, jusque dans les années 1970, appartenait à des propriétaires privés puis a été progressivement vendu au gouvernement flamand ; c’est une réserve naturelle depuis 1989. Le nom de cette forêt ferait référence au sous-sol détrempé et humide de la région. Si l’on trouve sur ce site la plus grande forêt d'aulnes de Flandre, ce sont pourtant essentiellement des chênes et des bouleaux qui nous entourent.

GR 512 : Walenbos

Après cet agréable tronçon, nous traversons la Halderstraat, dans le centre de Houwaart, et nous nous dirigeons ensuite, via un chemin de terre, vers l’Houwaartse Berg. L’ascension de cette colline (de 30 à 67 mètres d’altitude) même s’il est courte est relativement rude. Nous sommes ici entourés par les vignobles, du pinot gris essentiellement.

GR 512 entre Houwaart et le château de Horst

Il y a environ 15 millions d'années, la mer s'étendait jusqu'à Diest. Les fortes marées ont formé un paysage de bancs de sable et lorsque l'eau s'est retirée, ces bancs de sable ont durci pour former des collines de grès riche en fer. La couche pierreuse accumule la chaleur le jour pour la libérer la nuit, un phénomène favorable au processus de maturation des raisins. Un bon sous-sol ne suffit cependant pas pour produire un vin savoureux. Un vignoble moyen a besoin de 1800 à 2000 heures d'ensoleillement par an, les variétés hâtives de raisins blancs nécessitant quelque 1100 heures. Notre pays avec +/- 1500 heures d'ensoleillement et une température annuelle moyenne de 11°C convient bien à la culture du raisin et surtout des cépages blancs. C'est grâce à ces divers éléments que le Hageland est devenu la région viticole la plus septentrionale d'Europe.

Les habitants du Hageland avaient parfaitement compris, dès le Moyen Âge, qu'ils vivaient sur des terres précieuses. Au XIIe siècle, Godefroid Ier, duc du Brabant, possédait un vignoble à Louvain et les premiers vignobles ont fait leur apparition à Aarschot, Diest et Hoegaarden dès le XIIIe siècle. Initialement, la viticulture était l'affaire des congrégations religieuses mais, au fil du temps, l'homme ordinaire s'est également tourné vers la plantation des pieds de vigne. Mais, le vin du Hageland fut de plus en plus supplanté par les vins du Rhin et de France. Le refroidissement du climat et les guerres de Religion, qui ont duré des années, ont donné le coup de grâce à la viticulture du Hageland à partir de 1570.

Le vin du Hageland a cependant connu une grande renaissance grâce à quelques amis qui ont décidé, en 1972, de relancer la viticulture. Ils ont fondé une association et replanté des pieds de vigne sur les coteaux méridionaux. L'Université catholique de Louvain et l'École horticole provinciale de Louvain offrent les connaissances et l'appui nécessaires, grâce à quoi la qualité des vins du Hageland ne cesse de s'améliorer. Les viticulteurs sont de plus en plus nombreux à transformer leur hobby initial en activité professionnelle et une association professionnelle a vu le jour en 1995. La reconnaissance par une appellation d'origine contrôlée a suivi rapidement et le vin du Hageland prospère aujourd'hui comme jamais auparavant.

GR 512 entre Houwaart et le château de Horst

Après une petite pause boisson (pas du vin !), nous redescendons tout ce que nous venons à peine de grimper et franchissons, peu après une pépinière, la N223.

GR 512 entre Houwaart et le château de Horst

Le GR 512 atteint 1,5 km plus loin le château de Horst. Si les seigneurs de Horst y séjournaient déjà au XIIIe siècle, les parties les plus anciennes, encore visibles aujourd'hui, datent du début du XVe siècle. Le lumineux donjon de pierres blanches, les douves-étang et toutes les fondations du château remontent à cette époque. Tout le château féodal, mis à part le donjon, brûla en 1489 lors de la guerre entre l'empereur Maximilien d'Autriche et les citoyens de Louvain. Le donjon de 30 mètres s'élève sur cinq niveaux ; son sommet est aménagé en chemin de ronde. Depuis le XVIIe siècle, cette imposante tour est coiffée d'une toiture à clocheton.

GR 512 : château de Horst

À la fin du XVIe siècle, le château est reconstruit suivant le style Renaissance, en gardant la disposition originale (une forme de polygone irrégulier). Ce sera le premier édifice d'importance dans nos provinces à connaître des modifications qui en feront davantage un château de plaisance qu'une place forte médiévale. Le dessin de sa façade, avec ses belles lignes de pierre et de brique, appelées chaînage, date de cette époque.

Au XVIIe siècle, Maria-Anna van den Tympel, la noble occupante du château, a fait construire deux ailes autour de la cour intérieure. Elle fait aussi construire la remise à carrosses, où l'on trouve aujourd'hui le centre du visiteur, le magasin de souvenirs et une brasserie. En octobre 2007, la comtesse d'Hemricourt de Grunne a vendu à la Région flamande un lot comprenant le domaine de 113 hectares, le château, et... le fantôme d'Almeric Ier Pynnock qui, selon la légende, hante toujours les lieux.

GR 512 : château de Horst

À la sortie du site, très fréquenté en cette période estivale, nous croisons le tracé du Streek-GR Hageland avec qui nous cheminerons durant un kilomètre. Nous avions déjà rencontré ce parcours lors de l’étape précédente. À nouveau seul, le GR 512 évolue, pendant 2 km, entre les champs de céréales et de maïs.

GR 512 entre le château de Horst et Lubbeek GR 512 entre le château de Horst et Lubbeek

Un peu plus loin, à proximité du Troostembergbos, nous prenons un sentier, en caillebotis, aboutissant près du moulin de Gempe. Le nom de cette forêt, d’une superficie de 54 ha, fait référence à la famille noble « de Troostemberg » qui en fut propriétaire jusqu'en 1981 ; elle appartient désormais à la Région flamande. Le moulin de Gempe (hameau de Sint-Joris-Winge) se situe à la confluence de trois cours d'eau : le Molenbeek, le Sassenbeek et le Kraaiwinkelbeek. De 1229 à 1728, le site appartenait à la communauté monastique des norbertines ; depuis 1991, c’est la brasserie Haacht qui possède le moulin.

GR 512 entre le château de Horst et Lubbeek GR 512 entre le château de Horst et Lubbeek, Gempemolen

Après avoir contourné le moulin-brasserie, nous prenons un chemin de terre et rejoignons ainsi une route qui nous amène, après 400 mètres, à la N2. C’est au bord de cette nationale, près de Lubbeek, que nous terminons, vers 16h30, cette belle étape.

GR 512 entre le château de Horst et Lubbeek