Les Randos de Fred & Paul

Etape 4 : La-Roche-en-Ardenne → Tenneville (21 km) réalisée en mai 2018

Peu avant 10h, nous arrivons à La Roche-en-Ardenne pour entamer cette nouvelle étape, avec une météo qui s’annonce chaude et ensoleillée. Nous longeons d’abord la rive gauche de l’Ourthe, sur 600 mètres, et admirons, sur l’autre rive, les ruines du château dominant la ville.

Sur l’éperon rocheux, à l’emplacement du château actuel, les anciens Belges ont constuit un oppidum. En l’an 57 avant J.-C., partageant le sort de la Gaule, l’Ardenne dut se soumettre au joug de l’envahisseur romain qui bâtit un fortin à la place de l’oppidum. Au VIIIe siècle et sous l’occupation franque, Pépin de Herstal fit du fort romain une maison de chasse. Le premier véritable château fut érigé au IXe siècle et connut son apogée entre le XIIe et le XVIIe siècle.

Les troupes de Louis XIV ayant investi La Roche en 1681, d’importants travaux de transformation du château furent effectués sous la conduite de Candeau, disciple du célèbre architecte militaire Vauban. Cependant, à partir de 1721, le site est laissé à l’abandon et devient une sorte de carrière à ciel ouvert pour la population locale. En 1744, on parle de le restaurer mais aucun projet n’aboutit. Faute d’entretien, le château tombe dès lors en ruines, avant d’être remis en valeur par les acteurs touristiques.

GR 14 : château de La Roche-en-Ardenne

Une légende raconte que, tandis que le seigneur de La Roche voyait son âge avancer, sa fille unique et héritière, la jeune et blonde comtesse Berthe, n’avait pas encore pris époux. Il lui proposa donc d’organiser un tournoi dont le vainqueur remporterait la main de la jeune femme. Or, lors d’une promenade non loin du château, le cheval de Berthe trébucha, mettant l’héritière en péril mais, heureusement, une poigne ferme redressa l’animal. Cette main salvatrice, c’était celle du comte Waleran de Montaigu. Les deux jeunes gens tombèrent amoureux, ce qui attrista Berthe qui avait accepté le principe du tournoi ! Waleran promit de le gagner, sans toutefois avouer à Berthe qu’il était aussi, de son côté, promis à Marie de Salm !

De fait, Waleran sortit vainqueur du tournoi et sa victoire allait être proclamée quand un chevalier noir demanda d’entrer en compétition ; fatigué, Waleran échoua et fut emmené pour mort, alors qu’il n’était qu’abasourdi. L’anonyme chevalier noir fut donc uni à Berthe. A l’issue du banquet nuptial, tandis que les époux s’étaient retirés dans leur chambre, on entendit un cri et l’on retrouva Berthe morte, au pied du donjon, un poignard aux armes de Salm planté dans le cœur… le chevalier noir n’était autre que Marie de Salm qui s’était ainsi vengée et aurait, pour cela, vendu son âme au diable. Depuis lors, le fantôme de Berthe hante le château de La Roche les nuits de grand vent.

Si la ville n'eut pas à souffrir de destruction au cours de la guerre 14-18, ce ne fut pas le cas lors de la Deuxième Guerre mondiale. Le 10 septembre 1944, la ville fut libérée par les forces alliées. Bientôt, la riposte s'organisa : l'Offensive des Ardennes fut lancée et, le 21 décembre 1944, les Allemands faisaient une fois de plus leur entrée dans La Roche. Du 21 décembre 1944 au 11 janvier 1945, La Roche fut bombardée de 70 000 obus américains. Le 11 janvier 1945, les Highlanders du 30e corps britannique, sur la rive gauche de l'Ourthe, et les Américains de la première armée, sur la rive droite, libérèrent définitivement la ville. Ces évènements causèrent la mort de 114 civils, 350 immeubles furent détruits et 327 endommagés. Dans la ville, on peut découvrir un tank Sherman M4A1 américain et un tank destroyer M10 britannique.

GR 14 : La Roche-en-Ardenne, char britannique

Nous atteignons la place du Bronze où nous nous séparons du GR 57 : Sentiers de l’Ourthe, qui venait à peine de nous rejoindre. Ce sentier de grande randonnée remonte, au départ de Liège, le cours de l’Ourthe jusqu’au barrage de Nisramont. Il se divise ensuite en deux branches : une qui suit l’Ourthe occidentale jusqu’à Libramont ; une autre qui remonte l’Ourthe orientale vers Gouvy et se poursuit jusqu’à Diekirch, au Grand-Duché de Luxembourg.

La Roche-en-Ardenne : croisement du GR 57 et du GR 14

Le GR 14 suit la N89 sur une centaine de mètres puis prend, au premier carrefour, la direction du moulin de la Strument. Nous atteignons cet hôtel - camping, après un parcours de 500 mètres sur l’asphalte. Si jusqu’ici le tracé rouge et blanc se déroulait à plat, nous allons à présent affronter la côte du jour ; en un kilomètre, nous passons de 245 à 375 mètres d’altitude !

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal

Près du sommet, nous dépassons le lieu-dit « Grande Strument » et poursuivons, dans la même direction, sur un sentier forestier. Nous continuons en lisière du bois puis, dans la campagne, sur un chemin agricole vers le village de Hives. Là, malheureusement nous réalisons qu’une course de VTT a lieu aujourd’hui et que, pendant 2 km, nous aurons ces cyclistes dans notre dos. Si les chemins sont théoriquement à tout le monde, il est préférable pour les usagers faibles que nous sommes de nous écarter de la route de ces énergumènes qui ne connaissent ni la sonnette, ni les freins !

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal

Nous descendons un chemin caillouteux, d’abord entre les prairies puis, dans les bois et rejoignons une petite route. Avant d’attendre cette dernière, nous croisons une dame occupée à s’énerver (en néerlandais) et faire de grands gestes envers les cyclistes, et nous aussi par la même occasion. On se trouverait apparemment sur sa propriété et un morceau du chemin serait donc privé...

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal

Le tracé rouge et blanc suit la route, vers la droite, sur 300 mètres, et la quitte pour monter un chemin forestier (de 330 à 410 mètres d’altitude). Dans un virage, pour notre plus grand bonheur, nous nous débarrassons des VTT et pouvons continuer notre périple plus sereinement. Après environ deux kilomètres, nous quittons la forêt pour évoluer à découvert. Avant la première maison du hameau de Lavaux, nous tournons à droite vers un bois. Pendant 4,5 km, nous progressons au milieu des bois et trouvons, au début de ce tronçon, une aire de pique-nique, qui convient parfaitement pour la pause vu qu’il est midi.

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal

Dans une descente, nous découvrons la « Croix des Maquisards ». En mai 1944, 23 jeunes du MNB (Mouvement National Belge) qui refusent de travailler pour l'industrie allemande, quittent leur maison respective pour construire un camp où ils vivent pendant un mois sans incident notable. Le 23 juin, à 4h30 du matin, 150 soldats Allemands lancent une attaque d'encerclement contre ce camp ; sans aucune arme, les Belges ne peuvent défendre la position. Gilbert Roumieux est tué, deux autres gars sont faits prisonniers, et un quatrième est gravement blessé. Tous les autres se cachent et s'échappent dans toutes les directions ; emportant avec eux leur ami blessé et saignant. Un mois plus tard, leur chef, Jules Daco, sera capturé et fusillé par les Allemands.

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal, croix des Maquisards

Un peu plus loin, nous quittons le tracé « actuel » du GR 14 et suivons, toujours dans la forêt, les balises du « nouveau » tracé qui n’apparait, pour le moment, que sur le gpx du site internet des Sgr. Ce parcours modifié fait partie de la version 2018 du GR 14 qui démarre désormais à Monschau.

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal

Au terme de ce beau parcours forestier, nous retrouvons l’asphalte et progressons sur celui-ci, au milieu de la campagne, durant un kilomètre. En chemin, nous passons devant le château de Grainchamps. Isolée au centre d'un grand jardin arboré, cette énorme bâtisse en briques a été érigée vers 1880. Si les toitures confèrent au château une allure néo-renaissance, son plan général et le calcaire utilisé dans les encadrements et les éléments structurants participent davantage au mode néo-classique. C’est un bon exemple de l'exubérance de l'architecture castrale de la fin du XIXe siècle.

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal, château de Grainchamps

Par un chemin de terre, nous descendons vers Journal et revenons sur le tracé « originel » du GR 14. C’est à l’entrée du village que nous croisons le tracé du GR 151 : Tour du Luxembourg belge, avec qui nous cheminerons tout le reste de cette étape (un peu plus de 5 km) et une partie de la suivante. Créé en 2015, ce sentier de grande randonnée permet, au départ de Neufchâteau, d’effectuer une grande boucle de 230  km à travers la province de Luxembourg.

GR 14 entre La Roche-en-Ardenne et Journal

Nous traversons tout le village de Journal qui, au temps de la féodalité, était une seigneurie foncière relevant de la cour féodale de La Roche-en-Ardenne. Avec l’agriculture, l’exploitation de la forêt y a toujours constitué l’essentiel des activités humaines. Cependant, une petite industrie métallurgique s’est jadis installée le long du ruisseau de Bronze mais, à la fin du XIXe siècle, elle avait déjà disparu depuis longtemps. Durant ce même siècle, le réseau routier s’est étendu, notamment par la création des routes Marche-en-Famenne - Bastogne et St-Hubert - La Roche-en-Ardenne ; leur proximité a profité au village qui s’est ainsi développé.

Après l’église St-Joseph, nous découvrons une croix avec, en dessous, cette inscription à méditer « Passant, pense à Dieu. Tu fais peut-être ton dernier voyage ! ». À la sortie du village, nous montons, sur l’asphalte, au milieu des champs et atteignons ainsi le point culminant de l’étape à 448 mètres d’altitude. Nous tournons ensuite à gauche et descendons vers la N843 en empruntant un chemin herbeux passant entre des prairies.

GR 14 : Journal, église St-Joseph

Nous sommes ici proches du village de Champlon qui, au Moyen-âge, formait une dépendance de l’abbaye de St-Hubert. Le lieu-dit « Barrière de Champlon » (où l’on trouve une auberge de jeunesse) se réfère à l’emplacement d’une barrière d'octroi présente jusqu’à l’occupation hollandaise. Après avoir suivi, sur 300 mètres, la N843, nous continuons, dans la même direction, sur un chemin caillouteux. 400 mètres plus loin, le tracé rouge et blanc prend sur la droite, une sente herbeuse traversant des prés jusqu’à une exploitation agricole.

GR 14 entre Journal et Tenneville GR 14 entre Journal et Tenneville

C’est ensuite sur l’asphalte que nous descendons jusqu’au hameau de Ramont. Nous franchissons le ruisseau de Tenneville et grimpons un escalier permettant d’atteindre le bas-côté de la N4. Nous marchons le long de cette route durant 300 mètres et, lorsque le balisage nous invite à emprunter le passage sous-terrain pour gagner l’autre côté de la nationale, nous poursuivons encore pendant 300 mètres jusqu’à l’église de Tenneville. C’est là que nous retrouvons, vers 15h30, la voiture laissée là le matin.