Les Randos de Fred & Paul

Etape 4 : Signal de Botrange → Monschau (23 km) réalisée en avril 2018

Il est 11h lorsque nous arrivons sur le parking du Signal de Botrange. Même si nous commençons l’étape au point le plus élevé, 694 mètres d’altitude, la journée ne sera pas de tout repos pour autant ! Nous traversons la N676 et empruntons une large voie menant à une estrade d’où nous profitons d’un large panorama sur la fagne Wallonne.

Au Moyen-âge, cette fagne se trouvait en duché de Luxembourg, sur le territoire de la seigneurie de Bütgenbach. Cette seigneurie dépendant des ducs d'Orange, la fagne était alors appelée « Terre de Nassau » ou « Terre d'Orange ». Elle devint la fagne Wallonne lorsque des villageois de Robertville, parlant le wallon, y firent paître leur bétail. D'une superficie de 661 ha, son altitude varie de 580 m (au bord de la Helle) à 691 m ; ce qui en fait la fagne la plus élevée de Belgique.

GR 56 : la fagne Wallonne

Le tracé rouge et blanc tourne à droite et suit, sur un peu plus d’un kilomètre, la lisière de l’immense étendue fagnarde. Au lieu-dit « Haie de Souk », nous laissons partir, vers la droite, l’itinéraire de liaison (11 km) permettant de rejoindre la variante de la Warche. Nous retrouvons ici le GR 14 : Sentier de l'Ardenne qui, dans sa nouvelle version de juin 2018, commence à Monschau. Nous ferons parcours commun avec ce sentier de grande randonnée pendant 12 km.

Nous entamons ensuite une longue ligne droite, de 2,5 km, passant entre la fagne Wallonne et une forêt de résineux. Lors de notre précédent passage, en juillet 2016, avec l’étape Eupen - Signal de Botrange du GR 573, ce chemin était dans un état bien différent. Ce coupe-feu, jadis herbeux et un peu marécageux, est désormais presqu’entièrement macadamisé. Si la progression est nettement facilitée, ce parcours a perdu un peu de son charme.

GR 56 entre le Signal de Botrange et Kreuz im Venn

Durant ce trajet, nous franchissons un filet d’eau : la Roer, ici proche de sa source. Après quelques kilomètres à l'extrême est de la Belgique, cette rivière entre en Allemagne, dans le land de Rhénanie-du-Nord Westphalie. La Roer arrose notamment Monschau avant de finir son cours aux Pays-Bas. Elle se jette dans la Meuse, après 165 km, à Ruremonde, signifiant littéralement « embouchure de la Roer ». Nous retrouverons ce cours d’eau plus tard...

Au terme de ce tronçon, un peu monotone, nous laissons partir, vers la gauche, le GR 573 : Vesdre et Hautes Fagnes (qui nous aura tenu compagnie pendant environ 11,5 km) et prenons, sur la droite, un étroit sentier. Nous sommes au lieu-dit « La Béole », appellation qui indique qu’il y avait ici une boulaie ; comme dans beaucoup d’autres secteurs, les feuillus ont depuis été remplacés par des épicéas.

GR 56 entre le Signal de Botrange et Kreuz im Venn, séparation du GR 573 et 56

Nous rejoignons un large chemin, suivi en quasi ligne droite, pendant 1,2 km. Nous tournons ensuite à gauche et continuons la descente, sur l’asphalte. À quelques rares exceptions, nous n’avons que des épicéas autour de nous. C’est vers 1840 environ, à l’époque prussienne, que d’importantes surfaces de landes créées par l’Homme ont été enrésinées.

GR 56 entre le Signal de Botrange et Kreuz im Venn

C’est à la fin de ce long parcours asphalté, d’environ deux kilomètres, que nous effectuons la pause de midi. Pour nous asseoir, les bancs étant inexistants, nous devons nous contenter de quelques troncs d’arbres. Le GR 56 poursuit sa lente descente, sur un chemin plus agréable, vers le ruisseau de Schwarzbach (581 mètres d’altitude). De l’autre côté du cours d’eau, le chemin, semi caillouteux, s’élève en pente douce et vient longer la « fagne de Cléfaye ». Celle-ci occupe une superficie de 414 ha dont l'immense majorité fait partie de la commune de Waimes. Cette fagne est entièrement entourée par des forêts de résineux.

GR 56 entre le Signal de Botrange et Kreuz im Venn, Schwarzbach GR 56 entre le Signal de Botrange et Kreuz im Venn GR 56 : fagne de Cléfaye

Au sommet (666 mètres d’altitude), nous traversons une petite route et continuons notre parcours forestier. Par une succession de chemins, tantôt asphaltés, tantôt caillouteux, nous descendons jusqu’à la « Kreuz im Venn ».

GR 56 entre le Signal de Botrange et Kreuz im Venn

En juillet 1890, une immense croix en fer a été inaugurée sur le Richelsley, un rocher de 80 m de long et 12 m de haut, formé il y a plus de 400 millions d'années. Le prêtre Arnoldy a fait construire cette croix, à ses frais, en mémoire de Stephan Horrichem, surnommé « l'apôtre des Fagnes ». La Croix des Fagnes, solidement ancrée dans le roche, fait 6 m de haut et pèse 1 338 kg. Dans la niche naturelle du rocher, les habitants de Kalterherberg ont érigé, en septembre 1894, une statue de la Vierge Marie à l’occasion du jubilé d'argent du prêtre Arnoldy. Aujourd’hui encore, elle reste une destination de pèlerinage et de procession.

GR 56 : Kreuz im Venn

Dos à l’édifice, nous prenons un sentier, devenant une piste rocailleuse, et descendons jusqu’à la Vennbahn. Cette ligne, axe direct entre Aix-la-Chapelle et la vallée de la Moselle, fut mise en service par les Chemins de Fer Prussiens, en plusieurs sections, entre juin 1885 et novembre 1887. La ligne connut un succès phénoménal et l'itinéraire fut mis en voie double au début du XXe siècle. Après la Première Guerre mondiale, selon le traité de Versailles, la voie ferrée ainsi que ses stations et installations se trouvent entièrement sous la souveraineté de la Belgique (même si une grande partie de la ligne est en territoire allemand) et font donc partie de son territoire, créant ainsi cinq enclaves allemandes du côté ouest de la ligne de chemin de fer.

La Vennbahn n'ayant plus le même succès qu'autrefois, vu qu'une frontière supplémentaire devait être franchie, fut remise en voie unique dans les années 1930. Ligne stratégiquement importante, elle a été plusieurs fois victime de bombardements lors de la Seconde Guerre mondiale. Depuis 2012, la ligne est devenue une grande piste cyclable, permettant en 130 km de relier Aix-la-Chapelle à Troisvierges (au Luxembourg).

GR 56 entre Kreuz im Venn et Monschau, Vennbahn

Nous traversons ce RAVeL et entrons aussitôt sur le territoire allemand. Le GR 56 descend une route et, après avoir contourné un étang, emprunte le chemin d’accès du monastère de Reichenstein. Le plus ancien château fort de la région de Monschau se dressait ici dès le XIe siècle. Un couvent de prémontrés y fut installé afin d’accueillir les voyageurs et pèlerins qui empruntaient le chemin entre Aix-la-Chapelle et Trèves. À la suite de la Révolution française, en 1802, tous les monastères sur la rive gauche du Rhin ont été dissous par Napoléon. Reichenstein a également subi ce sort, les moines ont été expulsés et le domaine mis aux enchères. En novembre 2007, la Congrégation de Notre-Dame de Bellaigue a acquis les bâtiments pour y fonder un monastère bénédictin.

GR 56 entre Kreuz im Venn et Monschau, Reichenstein

Pour notre plus grand plaisir, le parcours change radicalement à partir d’ici. Fini les longues et larges lignes droites au milieu des bois, place désormais aux petits sentiers le long de la Roer (Rur en allemand). Après 2,4 km, le tracé rouge et blanc quitte le bord de la rivière et entame une éprouvante ascension (de 472 à 504 mètres d’altitude) vers un belvédère. Au sommet, malgré le temps gris et frais, nous effectuons une petite pause.

GR 56 entre Kreuz im Venn et Monschau, la Roer GR 56 entre Kreuz im Venn et Monschau, la Roer

Nous suivons un peu le sentier de crête avant d’amorcer la descente vers Monschau. Nous traversons la B258, une route assez dangereuse, et passons ensuite à côté du Brauereimuseum (taverne et musée de la bière). Après environ 500 mètres le long de la Roer, nous tournons à droite et franchissons la rivière. Le GR 56 ne passe pas dans le centre de la petite ville touristique et s’en éloigne assez rapidement.

GR 56 : Monschau, Brauereimuseum

Après avoir abandonné le GR 14, nous grimpons (de 426 à 496 mètres d’altitude) sur un sentier à flanc de colline. Nous progressons ici avec deux itinéraires allemands de randonnée : l’Eifelsteig et la Klosterroute. Le premier permet de découvrir, en 313 km, la belle région de l’Eifel entre Aix-la-Chapelle et Trèves ; le second est un parcours en boucle de 21 km autour de Monschau. Après un belvédère, nous dévalons tout ce que nous venons à peine de monter pour rejoindre le Perlenbach.

GR 56 entre Monschau et Höfener Mühle

Ce cours d’eau « ruisseau des perles » doit son nom à la présence de la moule perlière, moule d'eau douce rare et menacée. Les conséquences négatives de la pêche pratiquée pendant des siècles ainsi que leur processus de reproduction très fragile ont menacé la moule perlière de disparition. En moyenne une moule sur deux mille contient une perle, l'avantage économique était donc plutôt faible. Aujourd'hui, la moule perlière profite des résultats réjouissants de diverses mesures de protection de la nature, parmi lesquelles figure la suppression des forêts d'épicéas.

Nous franchissons le Perlenbach et traversons un camping avant de passer sous le viaduc de Perlenau. Un peu plus loin, nous montons vers le barrage de retenue et longeons ensuite, pendant 1,5 km, ce lac d’une capacité de 800 000 m3 ; un agréable parcours, relativement plat, sur un large chemin caillouteux. Dans un virage, deux transats invitent à un moment de repos et de quiétude...

GR 56 entre Monschau et Höfener Mühle GR 56 entre Monschau et Höfener Mühle, Perlenbach

Le tracé rouge et blanc atteint l’extrémité du lac et continue le long de la rivière. C’est près de l’Höfener Mühle (le moulin d’Höfen) que nous terminons, après 23 km, cette belle étape.