Les Randos de Fred & Paul

Etape 7 : Verleumont → Bra-sur-Lienne (19 km) réalisée en avril 2017

Il est un peu plus de 10h lorsque nous démarrons cette étape qui se déroulera entièrement sur la commune de Lierneux. Si toute la journée nous cheminerons sous un beau ciel bleu, un vent assez frais nous obligera à garder la veste et à ne pas faire de trop longues pauses. Au départ de Verleumont, nous suivons un chemin empierré descendant entre les prairies jusqu’à un ruisseau : la Lienne, ici proche de sa source. De l’autre côté du cours d’eau, le GR 571 prend peu à peu de l’altitude ; en 1,2 km, nous passons de 426 à 529 mètres. Jusqu’au croisement de l’assiette de l’ancien vicinal, ce parcours s’effectue en lisière de forêt puis, nous retrouvons les prés.

GR 571 entre Verleumont et Lierneux

C'est en 1892 que le conseil communal de Lierneux mit, pour la première fois à l'ordre du jour, cette importante question qui consistait à relier par un vicinal le village de Lierneux à la ligne de chemin de fer Vielsalm - Liège. Les travaux du vicinal Lierneux - Vielsalm commencent en 1903. Le 23 octobre 1904, le tram fait sa sortie d'essai et le premier voyage, en exploitation commerciale, s’effectue le lendemain. Ce tram a véhiculé beaucoup de voyageurs entre les deux entités, mais il a également transporté de nombreuses marchandises (bois, charbon, engrais, pierres,...).

La distance Lierneux - Vielsalm (15,25 km) est franchie en 1h07, ce qui n'est pas un record de vitesse. Les locomotives à vapeur circuleront jusqu'en 1935, moment où des autorails diesel font leur apparition sur une ligne rénovée, le trajet dure alors 0h45. La majeure partie de cette ligne suivait la route entre Hébronval et Salmchateau. Un tronçon en site propre existait entre Lierneux et Hébronval. Raccourcie de quelques centaines de mètres à cause de dégâts dû à la Seconde Guerre, la ligne fonctionnera jusqu'en 1958 ; elle sera alors remplacée par un service d'autobus et l'enlèvement des rails se fera peu à peu.

Arrivés au sommet (point culminant de l’étape), nous prenons, sur la droite, un chemin caillouteux ; nous profitons, sur ce parcours, d’un vaste panorama. Le tracé rouge et blanc descend vers une route asphaltée, suivie sur une centaine de mètres, avant d’emprunter, à droite, un chemin empierré.

GR 571 entre Verleumont et Lierneux

A hauteur d’une ferme, nous croisons le tracé du GR 14, déjà rencontré à Trois-Ponts, avec lequel nous cheminerons durant environ 800 mètres. Le GR 14 : Sentiers de l'Ardenne permet, en 276 km, de relier Monschau (Allemagne) à Sedan (France). En Belgique, il passe notamment par Malmedy, La Roche-en-Ardenne, St-Hubert, Transinne et Bouillon ; il continue ensuite son périple jusqu’à Paris.

GR 571 entre Verleumont et Lierneux, jonction avec le GR 14

Grâce à une chicane, nous pénétrons dans une prairie où sont dressés des panneaux solaires (tournés totalement vers le ciel). Une autre chicane, nous permet de sortir du pré et de poursuivre la descente vers Lierneux. Peu avant d’atteindre le centre-ville, nous laissons partir le GR 14 vers la droite.

GR 571 entre Verleumont et Lierneux GR 571 entre Verleumont et Lierneux, jonction avec le GR 14

Lierneux était déjà connue en 667 sous l'étymologie de Ledernao ou Lethernaco ; en 862, sous Ledernaus (du latin Ledernavus « endroit sur la Lienne ») ou Lederna, nom d'origine celtique. Avant de faire un petit détour pour voir l’église, nous passons devant la ferme-château d’Huart, rare exemple de l’architecture seigneuriale du XVIIe siècle en Ardenne.

GR 571, Lierneux : ferme-château d'Huart

Suite aux dégâts du temps et à la bataille des Ardennes l’hiver 1944-45, l’ancienne église, dont les premières traces remontent à 692, a été détruite et reconstruite au début des années soixante dans un style néo-roman. L'église est reconnaissable à son beau clocher bulbeux avec ses 4 clochetons. A l’intérieur, on peut découvrir des fonts baptismaux du XVIe siècle et, sous les autels des bas-côtés, la châsse de St-André (XVIIe) et surtout celle de St-Symètre (XIIIe). Un bel exemple du travail d’orfèvrerie dans la tradition rhéno-romane. St-Symètre est un saint peu connu (peut-être un martyre romain) mais comme on dit à Lierneux avec humour, sûrement un très « grand » saint avec un nom pareil !

GR 571, Lierneux : église St-André

Le GR 571 traverse Lierneux et se dirige vers l’ancienne gare, située le long de la N645. Le vaste site est désormais utilisé comme plaine de jeux ; un wagon de voyageur rappelle le souvenir du vicinal. Nous prenons ensuite la direction de Lansival, situé 2 km plus loin. Ce trajet se déroule principalement sur des chemins herbeux entre champs et prairies.

GR 571, Lierneux : ancien vicinal GR 571 entre Lierneux et Lansival

A l’entrée de Lansival, nous franchissons le Groumont, l’un des principaux affluents de la Lienne puis, devant une maison typique de l’architecture régionale, nous trouvons un banc où effectuer la pause pique-nique. Les 12 km de l’après-midi commencent sur un chemin de terre montant entre les prés. Peu avant un carrefour, au lieu-dit « Les Grosses Genèsses », nous tournons à droite dans un chemin descendant, en lisière de forêt, vers la N645.

GR 571, Lansival GR 571 entre Lansival et Les Villettes

Après avoir traversé la grand-route, nous franchissons la Lienne grâce à une passerelle : le pont de Chailles. Un pont en pierre aurait été construit ici vers 1773. La passerelle actuelle, datant d’environ 1850, est faite d’épaisses dalles de schiste (« chayes » en wallon). Nous remontons le cours de la rivière en longeant la réserve naturelle « Les Près de la Lienne ».

GR 571 entre Lansival et Les Villettes, pont de Chailles

Cette réserve naturelle domaniale d'une soixantaine d'hectares s'étend, en aval de Lierneux, dans la partie basse de la vaste dépression salmienne, à une altitude de 340 - 375 mètres. Reposant sur des roches appartenant au Salmien inférieur, le site est traversé par la Lienne sur toute sa longueur. Trois ruisselets viennent s'y jeter en rive droite : le ruisseau d'Arbrefontaine, le ruisseau des Fagnoûles et le ruisseau des Pochay. Sur la rive gauche, le ruisseau de Groumont, plus important, vient gonfler la Lienne en aval de Hierlot.

Les Près de la Lienne comprennent un bel ensemble de prairies humides, pâtures, fragments de forêts marécageuses et rivulaires, entrecoupés de quelques plantations résineuses et de peupleraies. L'intérêt floristique réside essentiellement parmi les divers groupements de prairies humides où l'on note la présence d'espèces très intéressantes. Au niveau faunistique, le site accueille une riche avifaune, dont la cigogne noire, le milan royal, la pie-grièche écorcheur et la bécassine des marais. La richesse en papillons de jour est également remarquable, avec la présence de populations de plusieurs espèces patrimoniales.

GR 571 entre Lansival et Les Villettes, Près de la Lienne

Nous traversons le village de Hierlot et, après une ferme, nous montons un chemin herbeux. 600 mètres plus loin, le tracé rouge et blanc entre dans une forêt de résineux où il chemine durant un kilomètre. Après la traversée d'un ruisseau, nous retrouvons l’asphalte et montons vers Les Villettes sans toutefois atteindre le centre de ce village. Nous empruntons un agréable sentier, le long d’une propriété, et continuons sur un chemin herbeux entre les prairies jusqu’à la N651.

GR 571 entre Lansival et Les Villettes GR 571 entre Les Villettes et Bra

Le GR descend cette route sur une centaine de mètres puis, part à droite sur un chemin de terre. Durant 1 km, nous marchons au milieu des prés avant de pénétrer dans un bois où nous descendons (de 369 à 308 mètres d’altitude) un chemin rocailleux de plus en plus encaissé.

GR 571 entre Les Villettes et Bra

Nous traversons, une nouvelle fois, la Lienne et prenons un chemin parallèle à la N645 avant d’emprunter cette dernière sur 250 mètres. La fin de l’étape, pour rejoindre Bra (385 m d’altitude), s’effectue d’abord dans un bois de résineux puis, sur une petite route de campagne. Bra est un très ancien village puisqu’une première mention en est faite dans un acte de 746, lorsque Carloman fait don de sa terre de Brastis au monastère de Stavelot. Dès le XIIe siècle, son orthographe est celle d’aujourd’hui.

Le château « Naveau » a été construit, il y a environ 250 ans, sur les fondations d’un château plus ancien, dévasté et rebâti plusieurs fois pendant sept siècles. Le général Gavin, commandant de la 82e Airborne Division y installa son poste de commandement du 22 au 24 décembre 1944.

GR 571, Bra : château Naveau

Le village de Bra est surtout connu grâce au Centre Médical Héliporté (CMH) fondé en décembre 1986, sous la main du Dr Luc Maquoi. La base opérationnelle est située au centre d’une « zone rouge » : une couverture géographique identifiée comme étant inaccessible pour tout secours de l’aide médicale urgente en moins de 15 minutes. Le CMH dispose aujourd’hui du seul service médical héliporté belge, prêt à intervenir 7 jours sur 7, 24 heures sur 24, avec toutes les spécificités d’un SMUR. Si le centre existe depuis 20 ans, c'est grâce au financement des cartes de soutien ; le centre ne recevant pas de subsides du fédéral. Plus de 150 000 personnes sont affiliées et donc couvertes en cas de rapatriement.