Les Randos de Fred & Paul

Etape 4 : Lens-St-Rémy → Orp-le-Petit (17 km) réalisée en mars 2016

Vers 9h20, sous un généreux soleil, nous commençons cette nouvelle étape en direction du Brabant wallon. Après 1 km, nous atteignons le petit village de Blehen. La loi du 17 juillet 1970, sur la fusion des communes, condamnait Blehen à disparaitre parmi les dix-sept villages de l’entité d’Hannut. Mais les Blehinois décidèrent de résister ! C’est ainsi que, début juillet 1975, fut créée la République Libre de Blehen.

GR 579 : République libre de Blehen

Dans les locaux de l’ancienne maison communale de Blehen, on trouve une brasserie artisanale : la brasserie du Flo (du nom du lieu-dit « le Flo » désignant un endroit marécageux). La bière du Flo se décline habituellement en six variétés, auxquelles s’ajoute un brassin spécial à Noël ainsi que la « cuvée St-Antoine » pour la confrérie éponyme locale. Toutes ces bières sont de haute fermentation, non filtrées et refermentées en bouteilles. Nous passons devant la potale St-Donat, portant l’inscription « 1557 », qui se caractérise par une belle décoration en bas-relief.

GR 579 : Blehen, cuvée St-Antoine et potale St-Donat

En arpentant la rue Haute, nous découvrons que la plupart des maisons portent, en wallon, le nom (ou le surnom) de leur occupant.

GR 579 : Blehen

A la sortie de Blehen, nous entamons le moins beau tronçon de l’étape. Pendant 4 km, nous allons cheminer, à plat et en ligne droite, sur un chemin bétonné au milieu de la campagne, avec un vent assez désagréable.

GR 579 entre Blehen et Bertrée

Après ce parcours monotone, le GR 579 atteint le village de Bertrée. Dans la rue Henri-Fontaine, une potale (2,5 m de haut) a été érigée en 1771 ; les trois niches en bas-relief représentent Notre-Dame de Montaigu entre St-Pierre et St-Donat.

GR 579 : Bertrée, potale

Nous empruntons la rue de la Brasserie, où se trouve une belle ferme, puis nous tournons à gauche dans la rue du Pont. Passage sous le RAVeL 127 (Landen - Huy) avant de prendre, à côté d’une chapelle, un sentier parallèle au ruisseau du Henri-Fontaine. Ce ruisseau de 10 km, qui prend sa source près de Bertrée, traverse plusieurs villages de la commune de Hannut avant de rejoindre la Petite Gette à Orp-le-Petit. Durant la suite de cette étape, nous allons très souvent longer le cours d’eau.

GR 579 entre Bertrée et Avernas-le-Bauduin

Le tracé rouge et blanc nous conduit vers Avernas-le-Bauduin que nous atteignons après avoir traversé la N80. Nous passons devant l’imposante ferme Moës, située à côté de l’église. Cette dernière, dédiée à Notre-Dame de l’Assomption, est déjà mentionnée en 1124. De l’édifice original, subsiste une partie importante de la tour carrée, aux murs très épais, qui porte un clocher octogonal, flanqué de quatre clochetons vides et surnommé non sans humour « le clocher aux 4 sans cloche ». L’église actuelle n’a qu’une seule nef, datant du XIVe siècle.

GR 579 : Avernas-le-Bauduin, église ND de l'Assomption

A la sortie du village, un poteau directionnel nous annonce qu’ici nous croisons le parcours du GR 564. Partant de la frontière hollandaise, au nord de Lommel, cet itinéraire dénommé « De Loonse route » aboutit après 164 km à Huy, où il rejoint le GR 575-576 : A travers le Condroz.

GR 579 entre Avernas-le-Bauduin et Grand-Hallet, poteau directionnel

Nous poursuivons sur le GR 579 et longeons le terrain de golf d’Avernas dont le parcours 9 trous, de style anglais, a été dessiné par l'architecte Martin Hawtree. La randonnée continue sur un sentier herbeux en direction de Grand-Hallet. Le ciel qui était totalement bleu en début de journée retrouve peu à peu cette couleur après un épisode très nuageux.

GR 579 entre Avernas-le-Bauduin et Grand-Hallet, ruisseau du Henri-Fontaine

Se trouvant dans la vallée du ruisseau du Henri-Fontaine, Grand-Hallet est un des villages les plus vallonnés de la commune de Hannut. Situé à proximité de l’antique chaussée romaine qui reliait Tongres à Nivelles et proche de nombreuses sources, cet endroit a probablement déjà été habité à l’époque franque. C’est peu avant l’an mil, semble-t-il, que nos ancêtres ont pris l’habitude de vivre groupés en villages, autour d’une église, dont le clocher peut servir d’abri lors des invasions des vikings ou des nombreuses guerres féodales. C’est à cette époque que le village de Grand-Hallet va prendre forme.

Nous passons à côté de l’ancienne ferme Dochen, également connue sous le nom de ferme Favart, du nom de ses anciens propriétaires. C’est une imposante ferme en quadrilatère, dont la construction de base remonte vers 1674. Elle a été fortement transformée depuis, notamment lors de l’agrandissement en 1907 du corps de logis. La ferme appartient et est exploitée actuellement par la famille Osy de Zegwaart. La grande porte d’entrée, donnant sur la cour, est proche d’une tourelle dans laquelle est encastrée une pierre, datée de 1717, qui appartenait jadis à l’abbaye de la Ramée à Jauchelette.

GR 579 : Grand-Hallet, ferme Dochen ou ferme Favart

Une des caractéristiques de Grand-Hallet est l’existence, au milieu du village, de nombreuses ruelles et venelles, utilisables uniquement par les piétons et, parfois, par les cyclistes. La plupart d’entre elles relient le haut et le bas du village. C’est par l’une d’elles que nous rejoignons l’église St-Blaise. La première mention écrite de cette église date de 1139. À cette époque, elle faisait partie du doyenné de Jodoigne. Au XIIIe siècle, on a construit une nouvelle église dont le seul vestige est la tour romane, bâtie en pierres de silex extraites de la localité ou des localités voisines comme Lincent et Petit-Hallet. La nef de cette église ne se trouvait pas à l’arrière de la tour comme aujourd’hui, mais devant la tour.

Le premier janvier 1758, le curé de la paroisse reçut l’autorisation de bâtir une nouvelle église. L’ancienne fut rapidement démolie, mais on en conserva la tour, que l’on renforça d’une chapelle à gauche et d’un escalier permettant d’accéder au jubé et aux étages de la tour, à droite ; ces annexes ont été construites en pierre de Gobertange. La nef fut érigée à l’arrière de la tour, dans l’ancien cimetière.

GR 579 : Grand-Hallet, église St-Blaise

Nous profitons d’un banc dans la plaine de jeux, à côté de l’église, pour effectuer la pause de midi. Le tracé rouge et blanc nous invite à quitter temporairement la vallée pour un détour à travers la campagne. Par la rue des Vignes (qui parait-il existaient ici au Moyen-âge), nous amorçons la côte la plus dure de la journée : 18 mètres de dénivelé en 700 mètres !

Nous cheminons 500 mètres, sur un chemin partiellement bétonné, sur le plateau avant de redescendre vers la vallée. Le balisage est quasi inexistant par manque de supports, seul un discret petit bloc de béton, 200 mètres avant le carrefour, annonce le changement de direction.

GR 579 entre Grand-Hallet et Petit-Hallet

De retour dans la vallée, à l’entrée du village de Petit-Hallet, nous prenons un sentier goudronné, devenant rapidement herbeux, le long du Henri-Fontaine qui décrit ici de nombreux méandres. Nous apercevons, sur notre gauche, l’ancien moulin dit « Moulin de la Caïade ». Sur le côté du bâtiment actuel, datant du début du XIXe siècle, on peut voir ce qui reste de la roue motrice.

GR 579 entre Petit-Hallet et Orp-le-Petit, ruisseau du Henri-Fontaine GR 579 entre Petit-Hallet et Orp-le-Petit, ruisseau du Henri-Fontaine GR 579 entre Petit-Hallet et Orp-le-Petit, moulin dit de la Caïade

Toujours en suivant le cours d’eau, nous longeons le terrain de motocross d’Orp-le-Petit, sur notre droite et, sans même nous en rendre compte, nous entrons dans la province du Brabant wallon. Nous passons à côté de la Grande Ferme (toujours en exploitation) qui est un exemple typique de ferme hesbignonne en carré. Elle a été, dès le XIIe siècle et jusqu’à la fin du XVIIIe, la résidence des seigneurs d’Orp-le-Petit. Des deux tours en façade, l’une est percée de fenêtres, l’autre de meurtrières.

GR 579 : Orp-le-Petit, la Grande Ferme GR 579 : Orp-le-Petit, la Grande Ferme

La voiture se trouvant à Orp-le-Grand, nous quittons ici le tracé « normal » du GR 579 pour emprunter, sous un beau ciel bleu, la liaison vers Hélécine sur 1,5 km. Mise à jour, janvier 2018 : cette liaison est désormais empruntée par le GRP 127 : Tour du Brabant wallon, balisé en jaune et rouge.

Orp-le-Petit : poteau directionnel GR 579

En suivant la rue Joseph Jadot, nous passons devant le Château Rose bâti, vers 1782, par le baron Albert Stier. Dominant le village, le château devint la résidence des seigneurs d’Orp-le-Petit et d’Orp-le-Grand. Il remplaça alors l’ancienne habitation seigneuriale installée jusqu’alors à la Grande Ferme. Au début du XXe siècle, les Schiller, maîtres des lieux à l’époque, agrandirent le château en y adjoignant une tourelle.

Dans la prairie, en contrebas du château, se dresse un vieux pilori de la fin du XVIIIe siècle. Ce symbole et instrument de justice, admirablement restauré, se compose d’un socle quadrangulaire sur lequel est érigé un fût hexagonal surmonté d’une boule en pierre. Il fait partie de la cinquantaine de piloris recensés dans notre pays par l’Institut Royal du Patrimoine Architectural, dont une vingtaine en région wallonne.

GRP 127 : Orp-le-Petit, château Rose et pilori

Le parcours longe le mur d’enceinte du château et, près de la chapelle Notre-Dame des Affligés, descend un sentier aboutissant sur les berges de la Petite Gette. Cette rivière de 41 km prend sa source à Ramillies et passe ensuite par Jauche, Orp-Jauche et les trois villages de la commune d'Hélécine. La Petite Gette continue son trajet dans le Brabant flamand en traversant Orsmaal et Zoutleeuw avant de rejoindre, à Budingen, la Grande Gette. Nous poursuivons parallèlement à la rivière et passons dans le tunnel sous l’ancienne ligne de chemin de fer, aujourd’hui transformée en RAVeL, Landen - Ligny.

GRP 127 entre Orp-le-Petit et Orp-le-Grand, la Petite Gette GRP 127 entre Orp-le-Petit et Orp-le-Grand, la Petite Gette

Un peu avant 14h, nous atteignons la place principale d’Orp-le-Grand où nous visitons la belle église romane. Joyau du patrimoine architectural de l’entité d’Orp-Jauche, cette église, dont Ste-Adèle partage depuis 1948 la dédicace avec St-Martin, est, avec la collégiale de Nivelles et l’église de Bertem, un des sanctuaires les plus représentatifs et les plus achevés de l’art roman en Brabant.

Le monument de style roman mosan a succédé à trois constructions antérieures, toutes dédiées à St-Martin, dont la plus ancienne remonte au VIIIe siècle, lors de la fondation d’un monastère par Ste-Adèle à Orp-le-Grand. Cette église primitive et celle qui suivit furent détruites lors des invasions et des troubles que connut la région aux IXe et Xe siècles. Si l’on ne connaît pas les raisons de la disparition du troisième sanctuaire ; on sait par contre que c’est sur ses fondations que fut édifiée au XIIe siècle l’église romane actuelle.

Après avoir été la proie des flammes en 1356 et en 1674, l’édifice est à nouveau ravagé, en mai 1940, par un incendie désastreux qui détruit tout le mobilier mais laisse, fort heureusement, les murs intacts. La restauration d’après-guerre fut particulièrement soignée. C’est ainsi, par exemple, que pour préserver l’homogénéité de l’édifice, on alla même jusqu’à rouvrir, dans le village, la carrière abandonnée depuis longtemps pour en extraire la pierre d’Orp ; la même que celle utilisée par les bâtisseurs au XIIe siècle.

GRP 127 : Orp-le-Grand, église Sts-Martin-et-Adèle