Les Randos de Fred & Paul

Etape 3 : Oostende → De Haan (19 km) réalisée en novembre 2017

Info : pour effectuer cette étape, nous avons pris le tram du littoral entre Wenduine (Konijnenpad) et Oostende (Koniginnelaan).

Nous voici de retour à Oostende, un an plus tard, pour parcourir la dernière étape sur le « Sentier du Littoral ». Dès 1834, la famille royale belge manifesta son intérêt pour la station balnéaire et rapidement de la cité devint un endroit à la mode pour la noblesse et la haute bourgeoisie. En 1839, Oostende fut reliée à la capitale par voie de chemin de fer et en 1846 on inaugura la malle Oostende - Douvres. En 1865, Oostende est démilitarisée ; une fois les fortifications démolies, la ville se développa rapidement. Oostende fut la résidence d'été du roi Léopold II qui voulut en faire la « Reine des plages ». Féru d'urbanisme, le roi marqua la ville de son empreinte. En 1905, d’importants travaux furent entrepris dont l’église Sts-Pierre-et-Paul, le théâtre, le bâtiment de la Poste et les Galeries royales.

Après avoir découvert les monuments dédiés aux rois Léopold Ier à De Panne et Albert Ier à Nieuwpoort ; c’est, ici à Oostende, devant celui consacré à Léopold II que nous entamons cette journée. Cette statue, exemple typique de l'art colonial, montre le roi honoré en tant que libérateur des Congolais et bienfaiteur pour les pêcheurs d'Ostende. Le symbolisme colonial du monument ainsi que la politique coloniale menée suscite une grande controverse à ce jour.

GR 5A : Ostende, monument roi Léopold II

Nous suivons, sur un peu plus d’un kilomètre, la Koninginnelaan. Léopold II l’avait pensée comme une large avenue de promenade reliant la plage au parc Marie-Henriette. Une partie de l'avenue a été réaménagée avec un chemin pour piétons, de sobres pièces d'eau et un banc en pierre dans le style Art nouveau pour lui rendre ses lettres de noblesse. En empruntant l’avenue, nous passons devant les écuries royales. Elles ont été construites en 1903, en bois, dans le style norvégien. Léopold II avait admiré cette architecture lors de l’exposition universelle de Paris, en 1900. Les bâtiments n’ont jamais servis d'écuries et sont occupés aujourd’hui par un centre sportif.

GR 5A : Ostende, écuries royales

Grâce à un pont, nous passons par-dessus la N340 et pénétrons ensuite dans le parc Marie-Henriette. Inauguré en 1892, sur l’ancien site de l’hôpital militaire, au sud de la ville, le parc a été offert par le roi afin de faire plaisir à son épouse qui adulait la ville... mais qui préférait cependant résider à Spa. Dans ce parc, avec quelques beaux étangs, le parcours bien que très agréable est assez mal balisé. Heureusement avec le petit topo-guide, nous parvenons à nous situer et retrouvons le marquage rouge et blanc.

GR 5A : Ostende, parc Marie-Henriette

En suivant la N34, nous arrivons près de la gare d’Oostende et admirons au passage deux bâteaux : le Mercator et l’Amandine. Le Mercator est un trois-mâts goélette conçu par l'explorateur polaire Adrien de Gerlache en tant que bateau-école pour la marine marchande. Il a été construit en Écosse et a pris la mer pour la première fois en 1932. Lors de son neuvième voyage, en 1936, le Mercator a ramené la dépouille du Père Damien. À partir de 1961, le navire a été réaménagé en musée et est à quai à Oostende depuis 1965 de manière presque ininterrompue. L'Amandine est le dernier navire des mers d'Islande et rappelle la période la plus célèbre de l'histoire de la pêche flamande, lorsque les pêcheurs s'en allaient en mer pendant de longues semaines et ramenaient des poissons des eaux glaciales qui entourent l'Islande. La ville d'Oostende a acquis et entièrement rénové ce navire pour en faire un musée.

GR 5A : Ostende, le Mercator

C’est à Léopold II qu’Oostende doit l’église Sts-Pierre-et-Paul. Tout à côté, la tour de la vieille église, appelée Tour du Poivre, est tout ce qui reste de l’ancienne église, qui était jugée trop rustique par le roi et qui fut détruite par un incendie. Léopold II l’a fait reconstruire, en 1907, dans le plus pur style néogothique. Le roi a demandé aux architectes de prévoir la construction d’une petite chapelle attenante à l’église, pour y rendre hommage à sa mère, la reine Louise-Marie (décédée à Oostende en 1850). Une sculpture en marbre blanc représente la reine quittant la vie terrestre, accueillie par un ange et pleurée par la ville d’Oostende. L’église possède de beaux vitraux dont ceux représentant tous nos rois de Léopold Ier à Baudouin.

GR 5A : Ostende, église Sts-Pierre-et-Paul GR 5A : Ostende, église Sts-Pierre-et-Paul

Si nous avons déjà parcouru 4 km, nous sommes pourtant tout près de notre point de départ et deux heures se sont déjà écoulées ! C’est grâce à un bac que nous passons d’une rive à l’autre. Ce service de navette gratuite, limité à 50 passagers par voyage, fonctionne toute l’année.

GR 5A : Ostende, bac - navette

En nous dirigeant vers le fort Napoléon, nous passons près de la nouvelle jetée, datant de 2014, ainsi que du phare « Lange Nelle ». Il s'agit du quatrième phare construit depuis 1771, date à laquelle fut érigée la première tour à feu ; tous les précédents ont été détruits. D’une hauteur de 65 mètres, son signal optique (visible jusqu'à 39 kilomètres) est trois fois « long » toutes les 10 secondes (en morse c’est la lettre O de Oostende). Il n’y a plus que trois phares sur tout le littoral belge.

GR 5A : Ostende, phare Lange Nelle

Bien caché au milieu des dunes et de quelques vestiges du Mur de l’Atlantique, le fort Napoléon est un site intéressant à visiter. À la fin du XVIIIe siècle, Les Français portaient une grande attention aux fortifications côtières comme moyen de défense contre des attaques possibles depuis l’Angleterre. Napoléon planifia un cercle de fortifications autour de la ville d’Oostende, mais finalement, seuls deux forts pentagonaux furent construits dont le fort Impérial, aujourd’hui fort Napoléon, situé à l’est de la ville. Les travaux débutèrent en 1811, et à partir de 1814, le fort servit uniquement d’arsenal et de cantonnement pour les troupes françaises. Il n’a en revanche jamais été utilisé comme forteresse de défense.

Durant la Première Guerre mondiale, le fort faisait fonction de quartier d’artillerie pour l’occupant allemand. Après le départ des troupes allemandes, le fort fut pillé. Au cours de la Seconde Guerre mondiale, le fort Napoléon fut aussi utilisé par l’occupant allemand comme cantonnement pour les artilleurs. En 1956 débuta une longue période de délabrement. De 1996 à 2012, la Stichting Vlaams Erfgoed, qui deviendra plus tard Erfgoed Vlaanderen, s’est occupée de la restauration et de la nouvelle fonction éducative et culturelle du fort.

GR 5A : Ostende, fort Napoléon

Pendant 1,5 km, nous progressons sur la digue en direction de Bredene. S’il fait relativement froid, nous avons cependant la chance d’avoir le vent dans le dos. En ce début novembre, la plage est évidemment déserte à l’exception de ce que nous pensons être un tournage pour un film français.

GR 5A entre Ostende et Bredene

Au niveau du « Twins Club Bredene », le tracé rouge et blanc quitte ce parcours rectiligne pour entrer dans les dunes. Cependant, ce tronçon plus agréable (car abrité du vent) s’effectue lui aussi sur des chemins bétonnés. 700 mètres plus loin, nous revenons au bord de la mer et marchons cette fois dans le sable.

GR 5A entre Ostende et Bredene GR 5A entre Ostende et Bredene

Après 500 mètres, nous quittons à nouveau la plage pour cheminer, pendant un kilomètre, sur des sentiers dallés, au milieu des dunes. Si le GR s’éloigne ici du bord de mer s’est aussi et surtout, je pense, afin de contourner la plage naturiste de Bredene. Cette commune est, depuis 2002, la seule de tout le littoral belge à disposer d’une plage (environ 400 mètres) dédiée aux nudistes, de Pâques à mi-octobre. Nous trouvons, sur ce parcours, un banc, plus ou moins à l’abri du vent, où nous poser pour la pause pique-nique.

GR 5A entre Ostende et Bredene

Nous atteignons la N34 au bord de laquelle nous marchons brièvement avant de retourner une dernière fois vers la plage. C’est par de discrets sentiers à travers les dunes que nous progressons. Sur notre gauche, se trouve la Paelsteenpanne un domaine de 10 hectares situé au pied de l’imposante Spanjaardduin. Sur le domaine riche en calcaire, l’on observe essentiellement des argousiers qui alternent avec les pâturages et les dunes de mousse.

GR 5A entre Bredene et De Haan

Nous descendons au bord de la mer où nous randonnons pendant un kilomètre. Sur la première moitié de ce tronçon, le niveau de l’eau (probablement marée haute) atteint quasiment les dunes, assez abruptes à cet endroit. Nous avançons donc en espérant qu’il n’y ait pas tout à coup une vague trop importante... ce qui n’arrivera heureusement pas.

La plage et le cordon dunaire forment une protection naturelle contre les incursions de la mer dans le polder. Autrefois, on optait pour une défense côtière artificielle en dur, avec des brise-lames perpendiculaires à la ligne côtière, une digue dormante derrière les avant-dunes et des digues de mer en béton. Aujourd’hui, la préférence est donnée à une défense côtière plus naturelle consistant en une élévation de la plage par l’ajout de sable, le renforcement du pied des dunes au moyen de haies et écrans de risberme ainsi que la fermeture des avant-dunes afin que l’Oyat puisse fixer le sable. Il faut savoir qu’à l’époque romaine, le cordon dunaire se situait 3 km plus loin, dans la mer.

GR 5A entre Bredene et De Haan

Le GR 5A emprunte ensuite une passerelle permettant de franchir, en toute sécurité la N34 et la ligne de tram. Nous surplombons, par la même occasion, un important terrain de golf. Celui-ci a été aménagé, dans les dunes, en 1902 sur la proposition du roi Léopold II. A l’origine, il était destiné aux touristes anglais qui débarquaient à Oostende. Le club formait le noyau central du Royal Golf Club de Belgique, fondé en 1906.

GR 5A entre Bredene et De Haan, passerelle Vosseslag

C’est par des sentiers, au milieu des bois (Duinbossen), que nous nous dirigeons vers De Haan... un changement total de décor qui n’est pas pour nous déplaire. Une grande partie des résineux plantés autrefois et des essences non indigènes a été peu à peu remplacée par une forêt de feuillus lumineuse parsemée de clairières. La croissance et la floraison spontanées garantissent une structure riche composée d’arbres anciens et d’essences indigènes plus jeunes.

GR 5A entre Bredene et De Haan, Duinbossen

Après deux kilomètres, nous atteignons De Haan où nous effectuons une pause. La charmante petite gare du tram, bâtie en 1902, est aujourd'hui classée et abrite l'office de tourisme. Mais cette gare n'est pas le seul joyau architectural de la ville, où on peut encore voir une centaine de maisons à colombages de style anglo-normand, typiques de la Belle Epoque. Un panneau nous informe qu’en mars 1933, Albert Einstein, initialement en route pour l’Allemagne, s’installa ici à De Haan pour quelques mois.

GR 5A : De Haan, gare du tram

Nous traversons De Haan en suivant, sur un peu plus d’un kilomètre, la N317. Nous pénétrons ensuite à nouveau dans les Duinbossen où nous cheminons jusqu’à la fin de cette étape, soit pendant trois kilomètres. A certains endroits, le chemin se compose d’une partie asphaltée et, juste à côté, d’une partie en terre. Si nous préférons évidemment marcher sur les chemins de terre, des écriteaux nous indiquent que les randonneurs doivent emprunter l’asphalte et laisser la partie non revêtue du chemin pour les coureurs ! Etant donné qu’il n’y a aucuns joggeurs, nous nous permettons de ne pas respecter ces recommandations.

GR 5A entre De Haan et Wenduine, Duinbossen

Tandis que le GR 5A se poursuit en direction de Bruges et Anvers, le « Sentier du Littoral » s’arrête lui au milieu des bois. C’est vers 15h30, à l’arrêt du tram « Konijnenpad », que nous terminons cette dernière étape.