Les Randos de Fred & Paul

Etape 3 : Aarschot → Scherpenheuvel (21 km) réalisée en juin 2015

Aarschot compte environ 28 000 habitants. Ceux-ci sont surnommés « Kasseistampers » : les batteurs de pavés. Jadis, des gardes parcouraient la ville pour garantir la sécurité des habitants. Pendant leur ronde, ils devaient battre les pavés de leurs sabots et de leurs hallebardes ; ainsi, tous les habitants pouvaient entendre qu'ils patrouillaient vraiment. En 1965, la guilde des batteurs de pavés fut créée à Aarschot.

Le béguinage a été fondé en 1259 par le duc Henri III de Brabant, détruit par un incendie en 1543, et reconstruit en 1653. Seules une rangée de maisonnettes, datant du XVIIe siècle, et une porte d'entrée ont survécu aux destructions de la Seconde Guerre mondiale. Le béguinage a été en grande partie reconstitué entre 1957 et 1960, dans le style des enclos de jadis, malgré le passage en plein milieu de la Stationstraat.

Streek-GR Hageland : Aarschot, béguinage

L'église Notre-Dame est considérée comme le chef-d'œuvre de l'architecture gothique du Demer. Construit entre 1337 et 1450, l'édifice séduit par le choix des matériaux (grès ferrugineux et pierre de Gobertange), ses dimensions impressionnantes mais harmonieuses (71 mètres de long) et l'élégance de sa tour (85 mètres de haut). La flèche du clocher, de style renaissance, date de 1574. À l'intérieur, on peut admirer : le jubé (1525), en pierre blanche d'Avesnes, présentant en 17 scènes la Passion du Christ ; les stalles (1510 - 1525) traitées dans la tradition gothique et ornées de belles miséricordes.

Streek-GR Hageland : Aarschot, église Notre-Dame Streek-GR Hageland : Aarschot, église Notre-Dame (jubé)

Eglise Notre-Dame : le jubé

Streek-GR Hageland : Aarschot : église Notre-Dame (stalles)

Eglise Notre-Dame : miséricordes des stalles

Après la visite du centre-ville d'Aarschot, vers 10h, nous nous mettons en route pour ce nouveau tronçon sur le Streek-GR Hageland qui, aujourd'hui, suivra souvent la rivière Demer. Si nous démarrons sous le soleil, assez rapidement, le ciel se couvre et le restera presque toute la journée. Cette grisaille n'est pas pour nous déplaire car ainsi la température est nettement plus supportable.

Streek-GR Hageland : Aarschot, Grote Markt

Le parcours débute par un sentier forestier avant de rejoindre une petite route. Bien vite le quatuor se divise en deux duos mais, il est dit que les premiers seront les derniers et effectivement l'avant du groupe, ne voit pas le petit chemin de terre sur la gauche et se retrouve donc à l'arrière !

Streek-GR Hageland entre Aarschot et Langdorp

Nous zigzaguons entre une prairie et un bosquet puis descendons vers la N10 que nous traversons. Bref passage dans une zone marécageuse où nous faisons bien attention à ne pas toucher la « Berce du Caucase ». Cette plante invasive qui au contact de la peau, et en combinaison avec les radiations UV de la lumière solaire, provoque de sévères brûlures.

Nous atteignons les rives du Demer que nous suivons, sur un chemin gravillonné, en direction de Langdorp. Le Demer prend sa source au nord-est de Tongres. Il traverse notamment Hasselt, Diest, et Aarschot avant de se jeter dans la Dyle à Werchter (au nord de Louvain) après un parcours de 85 km.

Si le Demer coule aujourd'hui dans une large vallée à travers de nombreux méandres ; il avait jadis encore bien plus de méandres mais la plupart de ceux-ci ont été supprimés, entre 1778 et 1850, afin d'améliorer la navigation sur le cours d'eau. Un grand nombre de villes et villages doivent leur développement au Demer. En effet, c'est surtout via la rivière que les matériaux, nécessaire à la construction des églises et des édifices civils, transitaient à l'époque. Après la Première Guerre mondiale, le chemin de fer a mis un terme définitif à ce mode de transport.

Streek-GR Hageland entre Aarschot et Langdorp : le Demer

À l'approche de Langdorp, le circuit nous fait passer d'une rive à l'autre. Nous marchons à présent sur un sentier plutôt que sur le chemin de halage où les cyclistes, comme partout en Flandre, sont très présents. Depuis le sentier, nous avons un beau point de vue sur l'église St-Pierre édifiée, comme beaucoup de constructions de la région, en grès ferrugineux. Le chœur, la partie la plus ancienne de l'édifice, date de la seconde moitié du XIIIe siècle.

Streek-GR Hageland : Langdorp, église St-Pierre

Peu après le village, le tracé jaune et rouge s'en va faire un petit détour à travers bois. S'il est agréable de s'éloigner un peu de la monotonie des rives du Demer, il faut surtout grimper pour atteindre cette forêt et passer rapidement de 15 à 60 mètres d'altitude ! À peine un kilomètre plus loin, nous descendons tout ce que nous venons de monter et revenons dans la vallée.

Nous progressons, pendant 3 km, sur un large chemin entre prairies et petits bosquets. Un beau parcours mais où hélas il n'y a aucune aire de pique-nique. Vers 13h15, n'ayant trouvé aucun endroit valable où nous poser, nous décidons de nous arrêter en bordure du chemin et de nous asseoir par terre.

Streek-GR Hageland entre Langdorp et Testelt

Après cette pause, nous reprenons l'itinéraire jusqu'au village de Testelt que nous atteignons après avoir longé la ligne de chemin de fer reliant Louvain à Hasselt. Nous contournons l'église St-Pierre puis, passons à côté d'un charmant moulin à eau. Bâti en 1608, ce moulin à farine faisait partie d'un vaste complexe de moulins enjambant le Demer. Appartenant jadis à l'abbaye des Prémontrés d'Averbode, il est aujourd'hui privé. Un blason de l'abbé Servaes Vaas orne la façade avec cette inscription latine « Ne quid nimis » que l'on pourrait traduire par « rien de bien ».

Streek-GR Hageland : Testelt, moulin Streek-GR Hageland : Testelt, moulin (blason)

À la sortie du village, nous rencontrons un grand poteau directionnel nous annonçant qu'ici le Streek-GR Hageland croise le GR 5 et fait tronçon commun avec lui jusqu'à Diest.

La réserve naturelle « Kloosterbeemden » (pré du cloitre) le long de laquelle nous marchons fait référence aux religieuses du couvent de Zichem, qui, jusqu'au XVIIIe siècle, avaient l'usufruit sur les prairies de fauche de cette zone inondable. Au siècle suivant, ces terrains sont devenus des propriétés privées. Tout le foin récolté servait alors à l'alimentation des chevaux mais avec la disparition du cheval comme outil de travail, les propriétaires ont de plus en plus planté des peupliers. À la fin du XXe siècle, le gouvernement flamand a acheté le tout avec l'intention d'en faire une grande réserve naturelle. Les nombreux peupliers ont été remplacés progressivement en faveur d'un environnement plus naturel, en particulier les prairies humides et les marécages. Un tel environnement est en effet un habitat idéal pour de nombreuses espèces d'oiseaux.

Streek-GR Hageland entre Testelt et Zichem : le Demer

Nous atteignons presque l'église de Zichem, que nous avions en ligne de mire depuis un bon moment, lorsque le tracé blanc et rouge effectue un virage à 90° et nous éloigne du centre-ville ; à cause des méandres du Demer. À la fin du XIIIe siècle, Zichem appartient à Godefroid de Vierson. Celui-ci développe l'agglomération en une cité fortifiée avec un beau potentiel commercial. Il dote la ville d'un nouveau rempart de terre et construit une forteresse, entourée d'un marais, à l'est de la cité.

En 1371, le nouveau seigneur de Zichem fait construire la « Maagdentoren » sur le domaine castral. En 1578, l'armée espagnole conquiert Zichem ; les deux tiers de la ville sont réduits en cendre et la population exterminée en masse. Au début du XVIIe siècle, le château est complètement en ruine ; le grès ferrugineux est vendu et utilisé à la reconstruction du centre urbain. En 1859, la tour est achetée par l'Etat belge pour le somme de 2000 francs. Initialement, celle-ci mesurait 30 mètres et était divisée en 3 étages, avec des murs de 4 mètres d'épaisseur à la base. Le but de cette construction n'est pas clair : était-ce une habitation, un ouvrage de défense, un monument de prestige ou une combinaison des trois ?

Streek-GR Hageland : Zichem, Maagdentoren

C'est à proximité de la tour que nous effectuons une pause boisson avant de poursuivre sur l'ancienne ligne ferroviaire 30 ; celle-ci reliait Scherpenheuvel à Zichem. Il y eut des trains réguliers de passagers jusqu'en 1957 et de rares trains de pèlerins jusqu'en 1972. La ligne a depuis été désaffectée et transformée en RAVeL. L'étape se termine, sous le soleil, par un chemin herbeux entre des prairies avant d'atteindre Scherpenheuvel, vers 15h30. Après une troisième mi-temps bien méritée, nous reprenons la voiture pour retourner jusqu'à Aarschot chercher l'autre véhicule.

Streek-GR Hageland entre Zichem et Scherpenheuvel