Les Randos de Fred & Paul

Etape 7 : Hoegaarden → Louvain (22 km) réalisée en octobre 2015

Les moines d'Hoegaarden sont les premiers à découvrir la recette unique de la bière blanche, aux alentours de 1445. Cette bière trouble naît de l'omniprésence du froment, la principale céréale cultivée dans la région. D'après certaines sources historiques, la bière blanche originale était extrêmement aigre jusqu'à ce que les moines décident d'y ajouter de la coriandre et de l'écorce d'orange. La Blanche a créé pas mal d'effervescence à Hoegaarden. En 1726, le village comptait 36 brasseries et plus de 110 malteries. Après la Révolution française, l'amélioration du réseau routier et la popularité de la bière Pils accentuent la concurrence. La plupart des brasseries restent toutefois actives jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. La dernière brasserie (Tomsin) ferme ses portes en 1957.

En 1965, les villageois décident de réagir, histoire de ne pas perdre leur bière adorée. Le laitier, Pierre Celis, part dans sa laiterie pour y installer une chaudière à houblon. Très vite, il agrandit la brasserie et s'installe dans des locaux plus spacieux, qu'il appelle « De Kluis » (le cloitre), un clin d'œil aux moines. Mais, en 1987, juste au moment où il allait commencer son exportation vers les Etats-Unis, un incendie réduit en cendres la brasserie. La bière belge blanche originale ne pouvait pas, ne devait pas disparaître. Le salut viendra de la brasserie Artois, à Louvain, qui décide d'investir et de faire de la blanche d'Hoegaarden une marque connue dans le monde entier.

La légende raconte que la forme du verre d'Hoegaarden vient des pots à confiture. Un jour, comme il manquait de verres au village, quelqu'un a eu l'idée de les remplacer par des bocaux à confiture. Les villageois ont trouvé la bière si bonne dans ces bocaux, sans doute à cause des restes de confiture mêlés à la bière, qu'ils décidèrent de les adopter. En fait, personne ne sait vraiment pourquoi le verre a cette forme mais, ce qui est sûr, c'est que la forme hexagonale et l'épaisseur des parois gardent la bière au frais plus longtemps.

Streek-GR Hageland : Blanche d'Hoegaarden

Il est 9h lorsque nous débutons cette dernière étape. Nous passons à côté de la brasserie « De Kluis » avant de monter, par un chemin pavé encaissé, vers le village de Sint-Catharina-Hauthem.

Streek-GR Hageland entre Hoegaarden et Hoksem

Sur le plateau, à 100 mètres d'altitude, nous découvrons deux belles chapelles. Tout d'abord, la chapelle Sainte-Catherine, du XVIe siècle, érigée en pierre de Gobertange en alternance avec des bandes de pierre provenant d'Overlaar (Hoegaarden) ; la tourelle à clocheton a été ajoutée au XVIIe siècle. À l'intérieur, on trouve notamment une statue de Sainte-Catherine, vénérée contre les maladies de la peau.

Streek-GR Hageland : Hoegaarden, chapelle Ste-Catherine

500 mètres plus loin, nous longeons la chapelle des Marolles. Construit en 1832, par les sœurs du monastère des Marolles d'Hoegaarden, l'édifice a été vendu à un propriétaire privé avant que le gouvernement flamand n'en fasse l'acquisition, en 1992. À l'origine, cette chapelle était une copie miniature de la basilique de Montaigu (Scherpenheuvel). Bien que restaurée en 1995, la chapelle est dans un triste état ; l'intérieur est en ruine. De par son isolement sur le plateau, elle est souvent la cible de vandales. D'ici, par temps clair (ce qui n'est pas le cas aujourd'hui), on a un beau point de vue sur Hoegaarden.

Streek-GR Hageland : Hoegaarden, chapelle des Marolles

Avant de traverser la chaussée de Wavre, nous nous arrêtons un instant face à un monument dédié à Georges Parramore. L'avion dans lequel ce jeune Américain de 22 ans se trouvait a été attaqué ici par la Wehrmacht le 1er décembre 1943. Il a réussi à sauter de l'avion mais malheureusement son parachute ne s'est pas ouvert...

Streek-GR Hageland : monument Parramore

Par un chemin herbeux, circulant entre des terres cultivées, nous atteignons Hoksem. Dans ce village, nous pouvons admirer l'église Saint-Jean. Ce bel édifice, dont la tour romane (XIIe siècle) constitue la partie la plus ancienne, a été construit avec des pierres de Gobertange et d'Overlaar. Agrandie et rénovée au XIVe siècle, ainsi qu'aux XVIe et XVIIe siècles, l'église possède les caractéristiques du style gothique. Fait unique en Belgique, le clocher possède deux girouettes : un coq et une poule !

Streek-GR Hageland : Hoksem, église St-Jean

Face à l'église, on trouve un ancien moulin à eau. Situé sur le ruisseau Molenbeek, celui-ci a été détenu, jusqu'au XVIIe siècle, par le chapitre de Hoksem. Au siècle dernier, la roue à aubes a été remplacée par une turbine.

Streek-GR Hageland : Hoksem, ancien moulin

Entre Hoksem et Honsem, le tracé blanc et rouge suit deux rivières : le Molenbeek puis le Jordaanbeek. Ce tronçon de 3,5 km est très beau mais la progression, à cause de l'état très humide des sentiers, est rendue plus difficile. Cette zone de broussailles, pâturages et bosquets est détenue par « Natuurpunt » un groupement qui, en Flandre, assure la protection des sites naturels vulnérables et menacés.

Streek-GR Hageland entre Hoksem et Bierbeek, Jordaanbeek Streek-GR Hageland entre Hoksem et Bierbeek, Jordaanbeek

Après le village d'Honsem, le cheminement devient plus aisé mais reste très boueux. Les chemins herbeux, entre les champs de maïs et de betteraves, se succèdent jusqu'à la traversée d'une route bétonnée. Nous descendons ensuite à travers un bosquet nous menant au bord de la Velp. Lors de la quatrième étape, entre Montaigu et Ransberg, nous avions déjà franchi cette rivière qui est ici toute proche de sa source située à Opvelp.

Streek-GR Hageland entre Hoksem et Bierbeek

Arrivés à la chaussée de Wavre (pas la même que plus tôt sur cette étape), nous poursuivons tout droit, sans entrer dans Neervelp, sur un chemin asphalté qui se transforme rapidement en une routé pavée. Un vieux poteau, presque illisible, nous informe que le GR 512 : Brabantse heuvelroute, le GR 128 : Vlaanderenroute ainsi que le Streek-GR Hageland vont faire parcours commun (pendant 800 mètres). Le GR 512 relie, en 175 km, Diest à Geraardsbergen (Grammont) et traverse donc toute la province du Brabant flamand d’est en ouest.

Vieux poteau GR à Bierbeek

Nous apercevons le château d'eau de Bierbeek, situé sur la Neervelpsestraat, que nous rejoignons après être passés par un beau sentier. Ce château d'eau, datant de 1969, est orné d'une peinture représentant le globe terrestre. Situé sur une ligne de crête et haut d'une trentaine de mètres, il est visible de loin. C'est sur le banc, au pied de cet édifice, que nous effectuons la pause de midi.

Streek-GR Hageland : château d'eau de Bierbeek

Le tracé de l'après-midi commence par un chemin pavé entre les champs de colza et de phacélie. Arrivés à la chapelle Sainte-Barbara, nous retrouvons une route bétonnée que nous suivons pendant deux kilomètres. Celle-ci passe sous l'autoroute E40 avant de contourner le château Wilderhof, datant de 1906. C'est depuis un chemin campagnard que nous observons l'imposante tour de l'U.P.C. Sint-Kamillus, un centre psychiatrique universitaire. En 1929, les Frères de la Charité ont acheté ce domaine sur lequel ils ont construit une dizaine de bâtiments. La tour, d'environ 50 mètres, se termine par une flèche en forme de bulbe qui est en fait un château d'eau d'une capacité de 150 m³.

Streek-GR Hageland : UPC St-Kamillus Streek-GR Hageland : Vers Compostelle

Par un chemin pavé, longeant une ligne de chemin de fer et passant sous la N25, nous atteignons un portillon qui marque l'entrée du domaine de l'abbaye du Parc à Louvain. Une dernière sente nous mène jusqu'au poteau GR où nous avions commencé ce Streek-GR Hageland, il y a 6 mois.

Streek-GR Hageland : entrée de l'abbaye du Parc (Heverlee)