Les Randos de Fred & Paul

Dijleland : Veltem → Tervuren (18 km) - juillet 2021

Info : pour effectuer cette étape, nous avons pris le bus De Lijn 317 entre Tervuren (Terminus tram 44) et Leuven (Sint-Jabosplein) puis, le bus De Lijn 352 entre Leuven (Sint-Jabosplein) et Veltem-Beisen (Station).

Nous commençons cette étape, vers 9h45, à la gare de Veltem. De l’autre côté de la ligne SNCB, nous suivons brièvement la Kroonstraat, qui serait une ancienne voie romaine, avant de prendre un chemin pavé. Tandis que celui-ci devient un sentier fortement envahi par la végétation, nous découvrons, sur la droite, un moulin datant de 1866. Celui-ci n'a pas été endommagé pendant la Première Guerre mondiale, ce qui est assez exceptionnel dans la région. Des soldats britanniques ont tenté de le faire sauter au début de la Seconde Guerre mondiale ; il a alors perdu ses ailes. Depuis les années 1950, le moulin est aménagé en résidence privée.

Streek-GR Dijleland entre Veltem et Bertem, moulin de Veltem

Le tracé jaune et rouge se dirige vers la N2 en évoluant, pendant 700 mètres, sur un chemin creux, entre les terres cultivées. Nous passons sous la grand-route (44 mètres d’altitude) et montons ensuite vers une forêt. Située sur le plateau, à la frontière des communes de Bertem, Herent et Kortenberg, celle-ci couvre environ 195 ha dont 140 appartiennent à la commune de Bertem. Un imposant château d’eau se trouve sur le sommet (103 mètres d’altitude).

Streek-GR Dijleland entre Veltem et Bertem

À la fin de ce tronçon forestier, d’1,8 km, nous descendons, par un chemin encaissé, vers la N3. Nous traversons cette route et poursuivons la descente en avançant sur un chemin herbeux, devenant un chemin pavé ; le seul désagrément de ce parcours est le bruit de l’autoroute E314, tout proche.

Streek-GR Dijleland entre Veltem et Bertem Streek-GR Dijleland entre Veltem et Bertem

Par la Leuvenstraat, nous arrivons sur la Dorpstraat que nous empruntons pendant 650 mètres. Le Streek-GR Dijleland croise ici la Voer dont il va remonter le cours jusqu’à Tervuren (11,5 km). Cette rivière prend sa source dans le Kapucijnenbos à Tervuren, à une altitude d'environ 80 mètres. À travers les étangs de Warande, elle s’en va vers Vossem, Leefdaal et Bertem. Elle se jette dans la Dyle à Louvain après un parcours d’une quinzaine de kilomètres. Un premier tronçon de 400 mètres au bord de la Voer, nous amène au centre de Bertem.

Streek-GR Dijleland entre Veltem et Bertem

Nous nous arrêtons quelques instants au pied de l’église Saint-Pierre, construite dans la première moitié du XIe siècle ; elle a été restaurée en 1935. Le style roman mosan de l’édifice est reconnaissable à l’imposante tour occidentale, à l’abside semi-circulaire du chœur et à la nef à trois travées sans transept.

Streek-GR Dijleland : Bertem, église St-Pierre

De retour sur la Dorpstraat, nous passons sous l’autoroute E40 et prenons ensuite un chemin bétonné menant au terrain de football de Bertem. Peu après, nous effectuons un petit détour pour découvrir la chapelle Sainte-Croix qui est probablement l’édifice religieux le plus ancien de la vallée de la Voer. Cette chapelle est aussi dédiée à Sainte-Vérone, car selon la légende, elle y aurait été enterrée.

Streek-GR Dijleland entre Bertem et Leefdaal

Une première chapelle a été construite à la fin du IXe ou au début du Xe siècle à l’emplacement d’un cimetière datant de l'époque mérovingienne ou carolingienne. La tour carrée, dépourvue de baies et percée de meurtrières, date de l’an 1000 ; les collatéraux, nettement plus bas que la nef, ont été édifiés au XIIIe siècle. Au XVIe siècle, la chapelle tomba en ruine et ne fut dès lors plus utilisée comme église paroissiale. Lors d'une restauration complète en 1951, les bas-côtés perdus ont été reconstruits.

Streek-GR Dijleland : Bertem, chapelle Ste-Verona

Le tracé jaune et rouge progresse, pendant un kilomètre, sur un sentier à proximité de la Voer. Au terme de ce tronçon, nous parvenons près du château de Leefdaal. Des documents mentionnent avec certitude la présence d’un château fort depuis le XIIe siècle. Le château actuel a été en grande partie construit entre 1575 et 1626 (date que l’on peut lire sur les ancres de la tour principale). De nombreuses familles nobles se sont succédé au cours des siècles en tant que propriétaires du château dont, depuis 1775, la famille de Liedekerke.

Streek-GR Dijleland entre Bertem et Leefdaal Streek-GR Dijleland entre Bertem et Leefdaal Streek-GR Dijleland : château de Leefdaal

Nous poursuivons, pendant 1,4 km, la randonnée au bord de la Voer. À l'exception de quelques petits ruisseaux, cette rivière n'a pas d'affluents. Malgré de nombreuses interventions humaines (étangs, canalisation), son parcours est l'un des plus naturels de Flandre. C’est aussi, hélas, l'un des cours d'eau flamands les plus pollués ; les tentatives pour y remédier ont, jusqu’à présent, toujours été infructueuses.

Streek-GR Dijleland entre Leefdaal et Vossem

Au terme de ce tronçon, un poteau GR nous informe que la variante permettant de rejoindre Neerijse, en 8 km, part vers la gauche. Nous quittons provisoirement la Voer en prenant, sur la droite, un chemin montant légèrement vers la campagne. Pendant 600 mètres, nous avançons sur un chemin entre les terres cultivées (pommes de terre, betteraves, céréales).

Streek-GR Dijleland entre Leefdaal et Vossem Streek-GR Dijleland entre Leefdaal et Vossem

À la frontière entre les villages de Leefdaal et de Vossem, se trouve une charmante chapelle de style baroque. Comme on peut le lire dans le cartouche au sommet de l’édifice religieux, celui-ci a été construit en 1727. Il est certain qu’une première chapelle a été construite ici en 1636, un an après qu'une épidémie mortelle de peste ait fait rage à Vossem et à Leefdaal. La chapelle est dédiée à Notre-Dame de la Bonne Santé.

Streek-GR Dijleland : Vossem, chapelle Puttebos

À Vossem, nous croisons le tracé du Streek-GR Groene Gordel avec qui nous cheminerons jusqu'à Tervuren. Ce circuit de 145 km résulte de l'association de plusieurs chemins de grande randonnée qui traversent le Brabant flamand ; ils sont reliés entre eux par de nouveaux tronçons afin d'effectuer une grande boucle autour de Bruxelles. Comme il est déjà 13h, nous délaissons temporairement le tracé jaune et rouge pour rejoindre le centre du village. Nous trouvons, en face de l’église, au café « In den Congo », un endroit accueillant où manger notre pique-nique avec une bonne bière.

L'église Saint-Paul de Vossem a probablement été construite vers 1200, en grès local. Le bâtiment d'origine avait une nef, deux bas-côtés, une abside allongée à l'est et à l'ouest, comme une extension, une tour sans porte. L'église était accessible par deux petites portes dans les murs sud et nord. Cette dernière était appelée « la porte des défunts », car, lors des funérailles, le corps du défunt sortait par cette porte avant d’être enterré quelque part autour de l’église. La porte sud a été murée vers 1700.

L’église a subi d’importantes modifications sous l’impulsion du curé Maximilien Snel qui l'a modifiée de 1687 à 1721. Fils d’une très riche famille, il veut mettre l’église au goût du jour - le baroque - et ainsi suivre les directives du concile de Trente. Celui-ci prévoit d’ouvrir les bâtiments à la lumière et de couvrir d’un enduit blanc et sobre tous les murs décorés. Le curé passe à l’action : il enlève des piliers, rehausse le toit et la tour, condamne certaines fenêtres et en ouvre d’autres plus grandes. L’entrée se fait désormais, dans la tour, par un large porche dont la porte présente encore un blason d’Heverlee et le millésime 1699. Dans le chœur, on peut voir d’anciennes fresques du XIIIe siècle. Découvertes, sous leur badigeon blanc, en 1971, elles attendront jusqu’en 1992 pour être restaurées.

Streek-GR Dijleland : Vossem, église St-Paul

Après la pause, de retour sur le parcours, nous suivons la Voer jusqu’à l’entrée du parc de Tervuren dans lequel nous cheminons pendant trois kilomètres. Ce parc de 207 ha, entièrement entouré de hauts murs avec quelques anciennes portes d'entrée, est superbe. Une partie, devant le musée royal de l’Afrique centrale, est aménagée en jardin à la française ; l'autre partie, autour des étangs, est aménagée à l'anglaise.

Streek-GR Dijleland entre Vossem et Tervuren Streek-GR Dijleland entre Vossem et Tervuren

Pour donner une vitrine à son Congo et une idée du potentiel économique de cette région aux Belges afin d'attirer les investissements, Léopold II souhaitait aménager une sorte de musée. Celui-ci mettrait en scène les objets originaux, importés en quantité, suivant une approche multidisciplinaire. À l’occasion de l’Exposition universelle de 1897, le roi fait construire, dans le domaine royal de Tervuren, le « palais des Colonies ». Cette exposition temporaire faisait la part belle, à côté des « curiosités » du Congo (animaux empaillés et objets d’intérêt ethnographique), aux produits d’exportation : le café, le cacao, le tabac et les essences forestières. Dans le parc, parmi d’autres « attractions », on trouvait un zoo humain d’une centaine de Congolais logés dans des villages africains reconstitués. Sept d’entre eux y moururent de maladie ou de froid.

Le succès de l’exposition et l’intérêt des scientifiques furent tels qu’on décida de la rendre permanente. Très rapidement, les locaux devinrent trop exigus. Le 30 avril 1910, le roi Albert Ier inaugura le nouveau « musée colonial de Tervuren ». Léopold II était à l'origine de cette initiative, qu'il a financée en grande partie grâce aux bénéfices phénoménaux réalisés par l'État indépendant du Congo. Le souverain est mort quelques jours avant la date d'ouverture initialement prévue, et un an après qu'il eut dû remettre le contrôle du Congo à l'État belge. Jusqu’en 1960, les collections ne cessèrent de s’agrandir par les envois d’objets et d’échantillons de toutes sortes effectués par des militaires, des missionnaires, des administrateurs coloniaux, des commerçants et des scientifiques. En 2018, à l'issue de la grande rénovation du musée, le « palais des Colonies » a été rebaptisé « palais de l'Afrique ».

Streek-GR Dijleland : Tervuren, musée royal de l'Afrique Streek-GR Dijleland : Tervuren, musée royal de l'Afrique

Près du musée royal de l’Afrique centrale, nous retrouvons la voiture laissée là le matin et terminons ainsi cette belle randonnée.