Les Randos de Fred & Paul

GRP 125 : Hastière → Dinant (23 km) - novembre 2020

Info : pour effectuer cette étape, nous avons pris le bus TEC 154a entre Dinant (Polyclinique) (200 m hors GR) et Hastière-Lavaux (Eglise).

Nous descendons du bus, à Hastière-Lavaux, près de l’église Saint-Nicolas et franchissons, en suivant la N915, la Meuse. De l’autre côté du fleuve, à Hastière-par-delà, nous passons au pied de l’église abbatiale Saint-Pierre. Peu après l’édifice religieux, nous montons (de 103 à 206 mètres d’altitude), pendant 1,2 km, sur un chemin caillouteux, dans le bois des Spineuses.

GRP 125 entre Hastière et Blaimont

À la sortie de la forêt, nous poursuivons l’ascension, entre les terres cultivées, vers Blaimont et traversons, durant ce parcours d’1,4 km, la N915 à deux reprises. Le GRP 125 suit la rue des Écoles jusqu’au centre du village et passe, à côté d’une charmante chapelle.

GRP 125 : Blaimont

Peu avant l’église, nous empruntons un étroit sentier, entre les prairies, se dirigeant vers la N915 que nous franchissons une dernière fois. Nous descendons ensuite, à travers bois, sur un sentier rocailleux longeant le ruisseau de Bonsoy. Près d’un petit étang, appartenant au domaine du Bonsoy, nous rejoignons la route permettant d’accéder à ce village de vacances et descendons, sur celle-ci, jusqu’à la Meuse.

GRP 125 entre Blaimont et Waulsort

Le tracé jaune et rouge progresse sur le chemin de halage jusqu’au barrage-écluse de Waulsort puis, sur un chemin de terre. Après un kilomètre en bord de Meuse, nous entamons, au niveau de l’Ermitage des Cascatelles, la seconde montée du jour. Ce bâtiment, à l’abandon depuis plusieurs années, succéda, à la fin du XIXe siècle, à un moulin à huile. Le « château » prit le nom d’ermitage en raison de son isolement.

Pendant 900 mètres, nous grimpons (de 108 à 211 mètres d’altitude), le ravin des Cascatelles. Le sentier forestier passe d’une rive à l’autre du ruisseau de Ranle et mène de chute en cascatelle ; cet agréable tronçon, assez sauvage, nécessite quelques passages à gué.

GRP 125 entre Waulsort et Freyr, les Cascatelles GRP 125 entre Waulsort et Freyr, les Cascatelles

Alors que la pente s’atténue, le GR décide de nous faire tourner à gauche pour grimper (ou plutôt escalader) le coteau ; la montée n’est que de 200 mètres, mais le dénivelé est d’environ 11 % ! Les quatre kilomètres suivants sont très beaux mais éprouvants, car le tracé jaune et rouge joue aux montagnes russes en serpentant sur le versant boisé. Çà et là, quelques arbres déracinés compliquent encore un peu plus la progression sur les sentiers boueux.

GRP 125 entre Waulsort et Freyr GRP 125 entre Waulsort et Freyr

Heureusement, nous avons droit à quelques beaux points de vue dont celui sur Waulsort et son château. Vers 940, douze moines irlandais, invités par le seigneur de Florennes, fondent, en bord de Meuse, une abbaye bénédictine. Avec le monastère situé à Hastière, et malgré des rivalités qui tournèrent parfois au conflit, les deux établissements religieux prirent de l’importance, mais l'ensemble monastique connut beaucoup d'épreuves aux XVe, XVIe et XVIIe siècles. L’abbaye a été supprimée en 1793 par le pouvoir révolutionnaire français. Ce qu’il en reste, le palais abbatial (reconstruit en 1670), est aujourd’hui connu comme étant le « château de Waulsort ». Propriété de la famille de Halloy depuis 1817, le site, entouré d'un immense parc, ne se visite pas.

GRP 125 : château de Waulsort

Nous contournons une vaste prairie et découvrons, en contrebas, envahies par la végétation, les ruines d’une forteresse oubliée de l’histoire. Et pourtant, Château Thierry fut, au Moyen Âge, une des plus puissantes forteresses de la région ! Perché sur un éperon rocheux, le château, dont la construction a débuté au XIIIe siècle, surveillait la vallée de la Meuse et son commerce. Les seigneurs n’avaient aucun scrupule à rançonner les marchands et leur imposer des droits de passage sur leurs bateaux. Château Thierry assurait également la protection de l’abbaye de Waulsort, située à ses pieds : pouvoir spirituel et pouvoir seigneurial se prêtaient assistance... Le site a été détruit, en 1675, par les troupes de Louis XIV.

GRP 125 : ruines du Château Thierry

Nous croisons, un peu plus loin, le GR 126 : Brussegem - Membre-sur-Semois avec qui nous évoluerons jusqu’à Dinant (11,5 km). Ce sentier de grande randonnée qui débute à Brussegem, passe dans le centre de Bruxelles avant de traverser le Brabant wallon. Il suit les rives de la Meuse entre Namur et Dinant, s’engage le long de la Lesse et pénètre ensuite dans la forêt ardennaise pour terminer son parcours, de 240 km, sur les bords de la Semois. Les deux GR descendent, par un chemin empierré, jusqu’à la Meuse qu’ils suivent pendant 1,5 kilomètres. Sur l’autre rive, se dresse la roche Al Rue.

GRP 125 entre Waulsort et Freyr GRP 125 entre Waulsort et Freyr, roche Al Rue

La Meuse est un fleuve long d’environ 925 km : 492 km en France, 194 km en Belgique et 239 km aux Pays-Bas. La Meuse prend sa source, à une altitude de 402 mètres, sur le plateau de Langres. Elle traverse les départements des Vosges et de la Meuse, qui lui doit son nom. Elle sillonne ensuite le département des Ardennes en passant par Sedan, Charleville-Mézières et Givet. La Meuse pénètre en Belgique, à Heer-Agimont, et traverse la Wallonie de part en part en passant notamment par Hastière, Dinant, Namur, Huy et Liège. Après avoir bordé sur quelques kilomètres le Limbourg, elle franchit la frontière néerlandaise, où elle baigne Maastricht et Roermond avant de se mêler au Rhin avec lequel elle forme un large delta. La Meuse finit sa course dans la mer du Nord.

Le parcours, bien agréable, traverse d’abord plusieurs prairies puis, passe au pied de rochers. Par un sentier, en lacets, assez abrupt par endroits, nous quittons le bord du fleuve. Au sommet, nous marchons brièvement au bord de la N95. Nous effectuons ensuite une pause pour admirer l’ensemble du site du château de Freyr.

GRP 125 entre Waulsort et Freyr GRP 125 entre Waulsort et Freyr

Après la destruction du château fort, en 1554, par le duc de Nevers, un manoir Renaissance est édifié, en 1571. Au XVIIe siècle, la demeure est agrandie par l'addition de trois nouvelles ailes, formant ainsi un quadrilatère. Vers 1760, l'aile sud est détruite et remplacée par la grille en fer forgé qui ferme la cour d'honneur et donne son aspect actuel au château. À partir de 1760, les jardins sont redessinés, en style classique, par le chanoine prévôt Guillaume de Beaufort-Spontin. Dix ans plus tard, son frère cadet agrandit les jardins pour qu’ils soient à hauteur de la résidence d’été des ducs de Beaufort. Il dessine un second axe perpendiculaire à la Meuse s’étageant jusqu'à un petit Trianon, chef-d’œuvre rococo, aux stucs raffinés. Un jardin dans le style de « Le Nôtre » se déploie le long de ce second axe ; il est encadré de jardins intimistes composés de labyrinthes de charmilles.

GRP 125 : château de Freyr

Nous rejoignons la Meuse via le sentier des Pêcheurs qui descend, en lacets, de 195 à 115 mètres d’altitude. Nous progressons au bord du fleuve et passons au pied de rochers dénommés « Cinq ânes », « Mérinos », « Tête de Lion » puis, nous longeons l’ancienne carrière du synclinal de Freyr. Après un bref tronçon asphalté, nous prenons, sur la gauche, un sentier aboutissant à un petit port de plaisance.

GRP 125 entre Freyr et Anseremme

Pendant 2,5 km, nous marchons sur le chemin de halage et passons, à l’entrée d’Anseremme, à côté d’un ancien « prieuré ». Seigneurs d’Anseremme, les abbés de Saint-Hubert disposaient, au XVe siècle, d’un logis seigneurial adossé à une église de style roman (dont il ne reste qu'une travée). D’abord résidence d’été, le logis n’était déjà plus au XVIIe siècle qu’une ferme donnée en location et dans laquelle un appartement abbatial était réservé. Sécularisés à la Révolution française, les bâtiments sont actuellement aménagés en centre de rencontres et de congrès.

GRP 125 : prieuré d'Anseremme

À Anseremme, nous traversons le pont Saint-Jean, datant de 1553, mais reconstruit en 1778 - 1782 ; il enjambe la Lesse près de son confluent avec la Meuse et marque le point d’arrivée de la descente de la Lesse en kayak. En chemin vers Dinant, nous passons sous l’imposant viaduc Charlemagne. Ouvert à la circulation en 1983, il enjambe l’île d’Amour qui fut un lieu de villégiature privilégié au XIXe siècle. Haut de 70 m, long de 642 m et large de 27 m, le viaduc permet à la route Charlemagne, qui relie Ciney et Philippeville, de franchir la Meuse.

GRP 125, Dinant : viaduc Charlemagne

Avant de quitter le fleuve, pour monter le long de la N94, nous admirons le célèbre « Rocher Bayard ». Cette aiguille rocheuse, haute de 35 mètres, a été isolée du rocher principal par les soldats de Louis XIV qui élargirent le sentier déjà existant à l’explosif. Cette route fut encore élargie par la suite pour permettre le trafic automobile. Selon la légende, le rocher a été fendu par un coup de sabot du cheval Bayard, monté par les « 4 fils Aymon » en fuite devant Charlemagne...

GRP 125, Dinant : rocher Bayard

Après une centaine de mètres sur la grand-route, nous grimpons (de 119 à 212 mètres d’altitude) par un sentier en lacets. À la sortie du bois, nous traversons une plaine où se dresse un observatoire astronomique. Nous montons ensuite la drève des Peupliers et parvenons au lieu-dit « Herbuchenne » où se trouvent plusieurs fermes.

Nous descendons vers la rue du Grand Pré où nous croisons, à côté d’une chapelle érigée par la Fédération Nationale des Anciens Prisonniers de Guerre, le GR 129 : La Belgique en diagonale. Ce sentier de grande randonnée avec qui nous cheminerons jusqu’à la fin de l’étape (et une partie de la suivante) permet, en 575 km, de relier Bruges à Arlon en passant notamment par Audenarde, Ath, Mons, Dinant, Lavaux-Sainte-Anne, Florenville et Virton. Les trois GR (125, 126 et 129) prennent un sentier à flanc de coteau et descendent, 300 mètres plus loin, vers le centre de Dinant.

GRP 125 entre Anseremme et Dinant

Avant de traverser le pont sur la Meuse, nous passons près de l’imposante collégiale Notre-Dame, reconnaissable entre toutes en raison de son clocher en forme de bulbe (daté de 1566). Conçue d’abord sous la forme d’un oratoire, elle fut l’objet d’agrandissements pour devenir, en 934, une collégiale de style roman. En 1228, le décrochage d’un pan de rocher réduisit à néant l’édifice religieux. L’église fut progressivement reconstruite au cours du XIIIe siècle, avec quelques travaux de réparation après le sac de la ville, par Charles le Téméraire et son armée, en 1466.

GRP 125, Dinant : collégiale Notre-Dame