Les Randos de Fred & Paul

GR 57 : Wéris → Hotton (21 km) - septembre 2016

Info : pour effectuer cette étape de 23 km dont 21 sur le GR, nous avons pris le bus TEC 11/3 entre Melreux (Gare Quai 1)(2 km hors GR) et Wéris (Eglise).

Après un trajet de 15 minutes en bus, nous voici à 8h, à Wéris, devant le musée des Mégalithes où nous reprenons notre périple sur le GR 57. Nous nous dirigeons vers l’église en passant à côté d’un ancien four à pain.

GR 57 : Wéris, four à pain

L'église Sainte-Walburge est, dans l'ensemble, de style roman. Elle a été édifiée au XIe siècle selon le plan basilical, c'est-à-dire rectangulaire, avec des matériaux locaux : grès, calcaire et poudingue. L'édifice a subi plusieurs transformations dont les principales datent des XVIe, XVIIIe et XXe siècles. De l'époque romane, l'église conserve une tour massive de 14 mètres de hauteur, une nef centrale flanquée de bas-côtés et un chœur terminé par une abside semi-circulaire.

GR 57 : Wéris, église Sainte-Walburge

Dans la rue des Combattants, nous admirons d’anciennes fermes typiques de la Famenne, construites en longueur avec différentes cellules (habitation, étable, grange) sous un même toit. Ces fermes des XIXe et XXe siècles ont toutes été reconverties en habitations privées ou en gîtes.

GR 57 : Wéris, rue des Combattants

Nous quittons le village et entamons une première ascension, en sous-bois bois, sur un chemin caillouteux. Une partie de ce chemin est envahie par la végétation et vu l’heure matinale, nous avons vite les pieds mouillés ! J’aperçois tout à coup un marcassin prenant le soleil au milieu du chemin, j’ai juste le temps de sortir l’appareil photo avant qu’il ne s’enfuie...

GR 57 entre Wéris et Érezée GR 57 entre Wéris et Érezée, rencontre matinale

Nous rejoignons une petite route et la suivons, brièvement, jusqu’à un carrefour de plusieurs chemins forestiers. Nous sommes ici au point le plus élevé de cette étape, à 383 mètres d’altitude, et entamons une descente de 2 km au milieu des bois d’abord, entre les prairies ensuite.

GR 57 entre Wéris et Érezée, descente vers Eveux

À l’entrée du hameau d’Eveux, nous découvrons de belles maisons à pans de bois puis, nous traversons la N876 et l’Aisne. Nous avions déjà rencontré cette rivière lors de l’étape entre Comblain-la-tour et Bomal, nous la retrouverons un peu plus loin... Étant descendu dans la vallée, à 232 mètres d’altitude, il nous faut évidemment grimper sur l’autre versant, vers le hameau d’Oster (120 mètres plus haut).

GR 57, maison à pans de bois à Eveux

Durant un kilomètre, nous montons au milieu de ce qui était jadis une forêt et qui n’est plus aujourd’hui qu’un coteau avec quelques arbrisseaux. Si la pente moyenne est de 9 %, elle atteint par endroits les 18 % ! Au sommet, un peu avant Oster, un banc est le bienvenu pour nous permettre de souffler un peu. Par des chemins herbeux entre les haies puis en lisière de forêt, nous avançons vers Érezée qui se trouve 2 km plus loin.

GR 57 entre Wéris et Érezée, montée après Eveux GR 57 entre Wéris et Érezée

Puisque l’église Saint-Laurent est ouverte, nous en profitons pour découvrir l’intérieur et notamment les fonts baptismaux romans (XIIe et XIIIe siècles).

GR 57 : Érezée, église Saint-Laurent et kiosque GR 57 : Érezée, église Saint-Laurent (fonts baptismaux)

Nous empruntons la rue des Chasseurs Ardennais et coupons la N807 avant de suivre un chemin forestier, en surplomb de l’Aisne. Nous franchissons la rivière et découvrons le moulin de Fisenne dont l’existence est déjà attestée en 1314. Une des particularités du moulin, c'est la longueur du canal de dérivation (le bief). Celui-ci prend naissance à proximité de Pont d'Érezée pour diriger les eaux de l'Aisne vers la roue à aubes de 4 mètres de diamètre. Cette roue était primitivement en bois, mais elle fut remplacée en 1938 par une roue en fer qui fonctionne toujours. Le moulin a été transformé en musée consacré aux moulins, meuniers et à d’autres souvenirs de la vie rurale d’autrefois.

GR 57 entre Érezée et Soy GR 57 entre Érezée et Soy, moulin de Fisenne

Revenu au bord de la rivière, le tracé blanc et rouge, comme tout à l’heure, ne reste pas dans la vallée et préfère prendre de l’altitude. En 500 mètres, nous traversons trois axes routiers importants : la N876, la N841 et la N807. Nous parcourons un petit tronçon de l’ancienne ligne vicinale : Melreux - Manhay désaffectée en 1959, mais dont 6 km sont toujours exploités par le tramway touristique de l’Aisne.

En chemin vers le village de Fisenne, nous passons à côté du monument aux héros du maquis d’Érezée, commémorant de tragiques événements survenus ici en septembre 1944. Le GR 57 emprunte la rue de la Chapelle et passe devant l’école communale de Fisenne. Il tourne ensuite à gauche et monte à travers bois, jusqu’à 377 mètres d’altitude.

GR 57 entre Érezée et Soy, monument aux héros du maquis d'Érezée

Nous profitons d’un large panorama avant de descendre vers le village de Soy, par des chemins campagnards. Il est presque midi et nous nous mettons à la recherche d’un banc, si possible à l’ombre (vu qu’il fait plus de 25°). C’est finalement dans le parc à l’arrière de la chapelle Saint-Roch que nous trouvons l’endroit idéal.

GR 57 entre Érezée et Soy, descente vers Soy

En l'an 1600, la peste sévissait à Soy et dans les environs. Les pestiférés étaient mis en quarantaine à environ deux kilomètres du village ; cet endroit porte encore aujourd'hui le nom de « Fond des Malades ». La veuve du seigneur de Soy fit établir un cimetière hors du village pour les pestiférés. Afin d'obtenir la cessation de ce fléau, Jehan de Bohon, curé de Soy, et tous ses paroissiens firent vœux de garder à perpétuité la fête de Saint-Roch, et chose remarquable, la peste cessa à l'instant même.

En 1606, en mémoire de ce bienfait, on songea à construire une chapelle en l'honneur de Saint-Roch. L'emplacement choisi fut le cimetière des pestiférés. Une inscription gravée sur une pierre de taille, située au chevet de la chapelle, rappelle les grandes étapes de son histoire. Depuis lors, un pèlerinage annuel s'y déroule le 16 août. La chapelle actuelle, entourée d'un parc, date de 1896.

GR 57 : Soy, chapelle Saint-Roch

Les 7 km de l’après-midi commencent par une descente à travers bois, passant de 351 à 238 mètres d’altitude. Nous atteignons un camping que nous longeons puis que nous traversons : le camping du « Moulin de Mélines », situé au bord de la rivière dénommée la Lisbelle. Ce ruisseau d’une quinzaine de kilomètres est un affluent de l’Ourthe.

GR 57 entre Soy et Hotton, la Lisbelle au Moulin de Mélines

À la sortie du camping, débute un tronçon de près d’un kilomètre, sur l’asphalte, à travers la campagne. Il fait chaud et malheureusement, il n’y a pas un seul arbre pour nous offrir un peu d’ombre ! Le tracé blanc et rouge oblique ensuite, vers la droite, sur un chemin caillouteux qui devient vite bétonné puis, emprunte un sentier descendant vers un bois.

GR 57 entre Soy et Hotton

Nous n’entrons pas dans le bois, mais restons sur le chemin herbeux, en lisière, jusqu’à une petite route que nous suivons sur 500 mètres. Avant de prendre le chemin de terre sur la droite, nous effectuons une pause boisson bien méritée, sur un banc. Les deux kilomètres vers le village d’Hotton se font, pour notre plus grand plaisir, à travers bois. Ce parcours nous offre quelques petits raidillons avant de passer au pied d’imposants rochers où un groupe de jeunes alpinistes néerlandophones s’exerce.

GR 57 entre Soy et Hotton

À 14h30, nous rejoignons la N807 à l’entrée d’Hotton. Nous passons près d'une tourelle de char Sherman de type britannique « Firefly » en hommage à la 53e division d'Infanterie et aux régiments blindés d'appui qui libérèrent la région en janvier 1945, lors de l'offensive des Ardennes.

GR 57 : Hotton, tourelle de char Sherman

Un peu plus loin, nous découvrons le moulin Faber, un ancien moulin à eau. Ce moulin à farine, panifiable et fourragère, datant de 1729, a conservé intact l’ensemble de son équipement hydraulique. À l’extérieur : deux roues à aubes ; à l’intérieur, quatre niveaux : la machinerie, les paires de meules, la bluterie et le grenier. Il a été construit en bordure d’un bief, second bras de l’Ourthe, qui a découpé une île (l’île d’Oneux) au cœur même de la localité.

GR 57 : Hotton, moulin Faber

Nous ne nous attardons pas dans Hotton, car il nous reste encore 2 km à parcourir (hors GR) pour retrouver la voiture laissée le matin, à la gare de Melreux - Hotton.