Les Randos de Fred & Paul

GRP 125 : Mettet → Fraire (24 km) - novembre 2020

Info : pour effectuer cette étape, nous avons pris le bus TEC 451 entre Fraire (Monument) et Philippeville (Centre) puis, le bus TEC E86 entre Philippeville (Centre) et Mettet (Place).

Après un trajet d’une heure en bus, nous arrivons, peu avant 10h, au centre de Mettet. Nous quittons la place Joseph Meunier en empruntant la rue Saint-Job où nous découvrons une fontaine, datant de 1871, dédiée à ce saint. La source miraculeuse était réputée guérir le « mal de Saint-Job », reconnaissable par des éruptions cutanées, telles que l'eczéma, la teigne, la gale et les ulcères. En réalité, la fontaine, comme la paroisse de Mettet, est dédiée à Saint-Jean-Baptiste. C'est à la suite d'une erreur de lecture sur le socle d'une statue consacrée à Saint-JOB, pour Johannes Baptista, que les habitants ont confondu les deux noms.

GRP 125 : Mettet, fontaine St-Job

Nous longeons un terrain de football et prenons un sentier évoluant au bord du ruisseau de Mettet. 500 mètres plus loin, nous passons à côté de la ferme de Foy, située en face du château de Scry (bien caché derrière de hauts murs). Nous traversons la N573 et suivons la rue des Bosseuses jusqu'au centre de Scry.

GRP 125 entre Mettet et Biesme GRP 125 entre Mettet et Biesme, ferme de Foy

À la sortie de ce hameau, le GRP 125 franchit une ancienne ligne chemin de fer et monte un chemin passant entre les terres cultivées. Cette ligne ferroviaire de 13 km reliait, de 1887 à 1978, Acoz à Mettet. Sur la gauche, nous apercevons les ruines du moulin de Scry. Construit vers 1760, il a cessé de fonctionner au début du XIXe siècle.

GRP 125 entre Mettet et Biesme GRP 125 entre Mettet et Biesme, moulin de Scry

Nous descendons vers un quartier résidentiel et empruntons, peu après une potale dédiée à Sainte-Adèle (1894), un sentier herbeux au bout duquel se dresse une stèle portant une inscription en wallon. 450 mètres plus loin, nous découvrons la chapelle Saint-Roch, dédiée également à Saint-Sébastien et Sainte-Marie. Le sanctuaire a été construit en 1636, à l'ombre de deux tilleuls, par le curé Gilles Léonard pour stopper l'avancée de la peste dans le village. Au-dessus du portail, la dalle portant l'inscription « 40 jours d’indulgence pour 5 Pater et 5 Ave. Accordés le 29 juin 1848 », est surmontée d'une triple niche du XVIIe siècle.

GRP 125 entre Mettet et Biesme GRP 125 entre Mettet et Biesme, chapelle St-Roch

Le tracé jaune et rouge retraverse la N573 et s’engage dans la rue du Chaud Buisson. Nous montons ensuite le long de la N977 et poursuivons, au-delà d’un carrefour, au bord de la N573. Après 200 mètres, nous prenons, sur la gauche, un sentier descendant vers la Biesme. Par un pont à trois arches, du XIXe siècle, nous franchissons le cours d’eau et montons un escalier aboutissant près de l’église Saint-Martin. Situé sur un éperon rocheux, cet imposant édifice de style roman et gothique a été modifié plusieurs fois ; la tour aurait eu un rôle défensif et protecteur.

GRP 125 : Biesme, église St-Martin

Nous quittons le centre de Biesme en marchant, pendant un kilomètre, le long de la Biesme. Ce cours d’eau prend sa source à Oret, et rejoint, après 16 km, la Sambre près d’Aiseau (Aiseau-Presles). Il existe plusieurs rivières dénommées « Biesme » qui se jettent dans la Sambre sur quelques kilomètres ; nous en avons suivi une autre lors de l’étape précédente.

GRP 125 entre Biesme et Hanzinelle, la Biesme

Au terme de ce tronçon, nous cheminons, en légère montée, sur des chemins de terre (boueux) ou caillouteux et parvenons, après deux kilomètres, à une aire de pique-nique. C’est là, près d’une stèle évoquant le centenaire de la « bataille de Wagnée », que nous effectuons la pause de midi.

GRP 125 entre Biesme et Hanzinelle GRP 125 entre Biesme et Hanzinelle

Un peu plus loin, nous rencontrons le GR 129 : La Belgique en diagonale avec qui nous progresserons pendant 400 mètres. Au départ de Bruges, ce sentier de grande randonnée traverse, sur 570 km, la Flandre et la Wallonie, pour rejoindre Arlon. Il passe notamment par Beernem, Oudenaarde, Ath, Mons, Gerpinnes, Dinant, Lavaux-Sainte-Anne et Florenville.

À nouveau seul, le GRP 125 évolue, durant 4 km, dans la forêt domaniale du Tournibus (280 ha) qui occupe la partie nord d’un important massif forestier. Son statut domanial indique qu’elle est la propriété de la Région wallonne, comme environ 11 % des forêts en Wallonie, et est soumise à sa gestion. Le reste du massif est composé de bois communaux (Florennes et Mettet) ou privés.

Depuis plusieurs années, la forêt du Tournibus remplit une fonction très particulière au bénéfice des autres forêts wallonnes. La mise en place de vergers à graines et d’un verger conservatoire alimentent en effet le « comptoir à graine » de la Région wallonne situé à Marche-en-Famenne. Quand la fructification est suffisante et selon les conditions climatiques, des techniciens forestiers viennent y récolter des graines de chênes rouges d’Amérique, de merisiers, des pommiers sauvages ou d’espèces arbustives indigènes.

GRP 125 entre Biesme et Hanzinelle, forêt de Tournibus GRP 125 entre Biesme et Hanzinelle, forêt de Tournibus

Peu avant la sortie de la forêt, nous passons sous un pont de l’ancienne ligne ferroviaire qui reliait, de 1855 à 1960, Châtelet à Florennes. Nous prenons ensuite la direction d’Hanzinelle où nous effectuons une pause boisson. Surplombant la vallée de la Thyria, le cœur de ce village est marqué par une grande place herbeuse, anciennement utilisée pour le marché aux bestiaux, comprenant deux belles pompes en pierre calcaire.

Après cette pause, nous empruntons la rue des Commerçants et, au-delà d’une imposante propriété, nous traversons la N975. De l’autre côté de la grand-route, nous franchissons la Thyria et suivons un sentier au bord de cette rivière. Prenant sa source dans le village de Morialmé et se jetant, après 15 km, dans l’Eau d’Heure, le cours d’eau a joué un rôle important dans l’histoire d’Hanzinelle, favorisant notamment le développement de l’activité métallurgique.

GRP 125 entre Hanzinelle et Thy-le-Bauduin, la Thyria

Nous avançons, durant 600 mètres, sur un chemin forestier (très boueux). Par un chemin encaissé, entre les champs, nous descendons vers Thy-le-Bauduin. Blotti dans la vallée de la Thyria, le village, dont le nom signifierait « le tertre de Bauduin », occupe un site encaissé. Nous découvrons une belle chapelle, dédiée à Sainte-Brigitte, érigée en 1851. Deux tilleuls entourent l’édifice, l’un planté en 1851, l’autre en 1930 pour le centenaire de la Belgique.

GRP 125 entre Hanzinelle et Thy-le-Bauduin GRP 125 entre : Thy-le-Bauduin, chapelle Ste-Brigitte

Après avoir fait le tour du village, le tracé jaune et rouge grimpe, pendant un kilomètre, sur un chemin de terre. Nous pénétrons ensuite dans un massif forestier où nous allons évoluer durant 2,5 km. Celui-ci, à cheval sur les communes de Florennes et Walcourt, couvre une superficie de 710 ha ; c’est au début de ce tronçon que nous atteignons le point culminant de l’étape à 276 mètres d’altitude. De l’autre côté de la N932, nous longeons la forêt des « Minières », dont le nom rappelle que cette industrie a joué un rôle important dans cette région de l’Entre-Sambre-et-Meuse, et ce bien avant le développement du bassin industriel de Charleroi. Quelques noms de rues et de lieux-dits sont les témoins de ce passé, ainsi que quelques vestiges encore visibles (carrières, forges, four à chaux).

GRP 125 entre Thy-le-Bauduin et Fraire GRP 125 entre Thy-le-Bauduin et Fraire

Nous arrivons à l’endroit où le GRP 125 se sépare en deux branches et optons pour la variante (un peu plus courte) passant par la chapelle Saint-Ghislain. Nous parvenons à cette dernière en empruntant un agréable chemin campagnard.

GRP 125 entre Thy-le-Bauduin et Fraire GRP 125 entre Thy-le-Bauduin et Fraire

Louis Mathieu décide, en 1848, d’ériger sur ce chemin, une potale en pierre dans laquelle il place une statue de Saint-Ghislain ; il plante aussi le tilleul qui ombrage aujourd’hui la chapelle. Il tient à rendre hommage à Saint-Ghislain, en remerciement de l’accomplissement d’un vœu accordé à son épouse, sortie vivante d’un accouchement difficile. En 1890, son gendre fait construire l'imposante chapelle, adossée à la potale ; en remerciement pour la guérison d’un enfant. À l’intérieur, sur le socle en forme d’autel, l’histoire de la vie du saint est racontée.

GRP 125 entre Thy-le-Bauduin et Fraire, chapelle St-Ghislain

Peu avant 16h, nous terminons, au centre de Fraire, cette belle étape. « Fraire » provient du nom romain ferrarias (ferrières ou minières de fer). Si l’extraction du fer date de l’époque romaine, c’est vers 1869 qu’elle atteindra, ici à Fraire, son apogée avec 233 mineurs exploitant 80 fosses. Cette exploitation apporte d’importantes rentrées financières à la commune, qui les utilise notamment pour équiper et embellir le village.

Au début des années 1870, une fontaine « monumentale » est construite. Celle-ci apporte l’eau aux habitants et permet d’abreuver le bétail. Deux bacs en pierre y sont installés pour la lessive. La fontaine devient vite le centre névralgique du village, mais la généralisation de la distribution d’eau dans les maisons rend peu à peu la fontaine inutile ; elle est démolie en 1951. Cependant, le souvenir de la fontaine reste dans le cœur des Frairois et, depuis 2008, sous impulsion d’une asbl, l’ouvrage à retrouver sa place.

GRP 125 : Fraire, fontaine