Les Randos de Fred & Paul

Etape 2 : Trois-Ponts → Malempré (27 km) réalisée en juillet

Jusqu'en 1860, Trois-Ponts n'est qu'un hameau d'une dizaine de maisons, mais sa situation à la croisée des axes routiers en fait un lieu de passage fréquenté. D'ailleurs, un relais de poste est attesté dans Trois-Ponts dès le XVIIIe siècle. C’est à Trois-Ponts que la Salm et le Baleur se jettent dans l'Amblève. Un pont sur la Salm, un sur l'Amblève et un sur le Baleur, c'est de cette particularité qu'est né le nom de la commune.

Vers 9h30, nous entamons cette seconde étape au départ de la gare. Nous laissons le GR 571 : Vallées des Légendes partir, à gauche, en direction de Vielsalm (nous le retrouverons plus tard, à Lierneux). Ce sentier grande randonnée permet en +/- 165 km de découvrir les vallées de l’Amblève, de la Salm et de la Lienne.

Nous descendons la rue de la Gare et franchissons le pont sur la Salm. Après avoir suivi brièvement la N66, nous empruntons la rue des Ecoles jusqu’au pont sur le Baleur. Pendant six kilomètres, nous allons remonter la rive gauche de ce ruisseau. Le Baleur, appelé aussi ruisseau de Bodeux, prend sa source près du hameau d’Erria, dans la commune de Lierneux. Passant par Basse-Bodeux, le cours d’eau se jette dans la Salm à Trois-Ponts, après un parcours de 11 kilomètres.

Nous longeons un étang et, par de larges chemins forestiers, nous grimpons de 297 à 352 mètres d’altitude. Nous passons sous une ligne à haute tension et découvrons, sur la gauche, un beau point de vue. Le tracé rouge et blanc descend ensuite vers le village de Basse-Bodeux qu’il atteint en empruntant, sur un kilomètre, la rue du Moulin.

GR 14 entre Trois-Ponts et Basse-Bodeux

Au rond-point sur la N66, décoré avec un grand vélo, nous suivons la rue des Tronlays. 500 mètres plus loin, nous prenons, sur la droite, un chemin caillouteux. Pendant deux kilomètres, nous progressons, à travers bois, à quelques pas du Baleur. Grâce à une passerelle, nous traversons le ruisseau et montons le sentier, en face, vers Réharmont.

GR 14 entre Basse-Bodeux et Réharmont GR 14 entre Basse-Bodeux et Réharmont, le Baleur

C’est dans ce hameau, complètement entouré de bois, que nous effectuons une première pause. La chapelle, dédiée à St-Remacle, a probablement été achevée en 1801 (date figurant sur le linteau du portail). Bâtie en moellons de grès, elle est surmontée d'un clocheton à quatre pans.

GR 14 : Réharmont, chapelle St-Remacle

En 2012, Mélissa Résimont, en association avec son frère Nicolas, achète, rénove et aménage une micro-brasserie dans une ancienne fermette, en face de la chapelle. La brasserie prend le nom de la Lienne, le premier brassin de Lienne (blonde) est réalisé au printemps 2013. Les étiquettes, représentant une chèvre, s'inspirent de la légende locale de la « Fée de la Lienne et de la Chèvre d'Or ». Sous le nom de la bière, quelques ondulations représentent les flots de la Lienne.

Nous quittons Réharmont et, par de beaux chemins au milieu de la forêt, nous continuons à prendre de la hauteur. Au niveau d’un chemin plus important, sous une ligne à haute tension, nous trouvons un banc où effectuer la pause de midi. Le GR 14 poursuit son ascension jusqu’à atteindre, au lieu-dit « Hêtre du Berger », l’altitude de 540 mètres. Nous entamons ensuite la lente descente, toujours à travers bois, vers Arbrefontaine, situé 2 km plus loin.

GR 14 entre Réharmont et Arbrefontaine, Hêtre du Berger GR 14 entre Réharmont et Arbrefontaine

Nous entrons dans le village en descendant une route encaissée. Le long du talus, on peut observer 14 édicules, d'environ 1,5 m sur 90 cm, recouverts d’une dalle de schiste. Ces 14 haltes de prières conduisent, en fin de parcours, à une chapelle carrée. On n’a pas vraiment d'indication sur les origines de ces constructions, mais elles datent probablement du XVIIIe siècle.

GR 14 : Arbrefontaine, le calvaire

Le tracé rouge et blanc traverse ce charmant village. Contrairement à ce que l'on pourrait penser, le nom d’Arbrefontaine ne provient pas du mot « Arbre » mais était à l'origine « Albam Fontanam », ce qui signifie : blanche fontaine. L’usage populaire fit peu à peu évoluer l’appellation et on trouve le nom actuel depuis 1713.

L’église St-Maurice, rebâtie au milieu du XIXe siècle, est élevée sur des bases datant d’environ 1600. Le long du bâtiment, on trouve de vieilles pierres tombales. A l’intérieur, le plafond en bois peint attire l’attention ; en forme de coque de bateau renversé, on peut y voir plusieurs figures de saints. Les vitraux datent d’après la Seconde Guerre mondiale ; l’un d’eux comporte les noms des dix-huit prisonniers, originaires du village, revenus vivants des camps de concentration.

GR 14 : Arbrefontaine, église St-Maurice

Après 12 km, presqu’exclusivement forestier, notre itinéraire devient désormais campagnard. Nous progressons sur une petite route et, peu après la fin de l’asphalte, nous tournons à gauche vers Brux. Nous traversons ce hameau, ainsi que la N822, et nous nous dirigeons vers une exploitation agricole.

Sur le chemin herbeux, suivi en descente, nous profitons d’un large panorama sur Lierneux et ses environs. Nous retrouvons la N822, à l’entrée de La Falize. Ce hameau, faisant partie de la commune de Lierneux, doit son nom à la grande falaise verticale qui surplombe la route à son entrée. La « Roche Jehenson », autre appellation en ce lieu, est un accident géographique naturel assez curieux. Les parois envahies par les pluies excavent son sein et la mousse qui l’enrobe rend cette falaise sauvage et magnifique.

GR 14 entre Arbrefontaine et Lierneux GR 14 entre Arbrefontaine et Lierneux, Roche Jehenson

Juste avant le pont sur la Lienne, nous tournons à gauche sur un chemin empierré, partiellement herbeux, et longeons la rivière. La Lienne prend sa source entre Lierneux et la Baraque de Fraiture, sur le plateau des Tailles, à 460 mètres d’altitude. Après Lierneux, la rivière crée la réserve naturelle des « Prés de la Lienne » puis, elle arrose Trou de Bra et Les Forges, sous le village de Chevron. Le cours d’eau se jette dans l'Amblève à Targnon (190 mètres d’altitude), après un parcours de 29 km.

Nous longeons deux étangs de pêche et continuons ce beau chemin, au bord de l’eau, jusqu’à la N645. Nous traversons la Lienne et empruntons la grand-route, sur une centaine de mètres. Nous suivons ensuite l’assiette de l’ancienne ligne vicinale, en surplomb de la N645.

C'est en 1892 que le conseil communal de Lierneux mit, pour la première fois à l'ordre du jour, cette importante question qui consistait à relier par un vicinal le village de Lierneux à la ligne de chemin de fer Vielsalm - Liège. Les travaux du vicinal Lierneux - Vielsalm commencent en 1903. Le 23 octobre 1904, le tram fait sa sortie d'essai et le premier voyage, en exploitation commerciale, s’effectue le lendemain. Ce tram a véhiculé beaucoup de voyageurs entre les deux entités, mais il a également transporté de nombreuses marchandises (bois, charbon, engrais, pierres,...).

La distance Lierneux - Vielsalm (15,25 km) est franchie en 1h07, ce qui n'est pas un record de vitesse. Les locomotives à vapeur circuleront jusqu'en 1935, moment où des autorails diesel font leur apparition sur une ligne rénovée, le trajet dure alors 0h45. La majeure partie de cette ligne suivait la route entre Hébronval et Salmchateau. Un tronçon en site propre existait entre Lierneux et Hébronval. Raccourcie de quelques centaines de mètres à cause de dégâts dû à la Seconde Guerre, la ligne fonctionnera jusqu'en 1958 ; elle sera alors remplacée par un service d'autobus et l'enlèvement des rails se fera peu à peu.

GR 14, Lierneux : ancien vicinal

Par un sentier, entre deux prairies, nous rejoignons un chemin de terre où nous retrouvons le GR 571 : Vallées des Légendes (déjà croisé au début de l’étape à Trois-Ponts). Pendant 800 mètres, nous cheminerons avec cet autre sentier de grande randonnée.

GR 14 entre Lierneux et Baneux, jonction avec le GR 571 GR 14 entre Lierneux et Baneux, jonction avec le GR 571

Un peu plus loin, grâce à une chicane, nous pénétrons dans une prairie où sont dressés des panneaux solaires. Une seconde chicane, à hauteur d’une ferme, nous permet de sortir du pré. Nous laissons partir le GR 571, vers la gauche, et descendons vers Lierneux.

GR 14 entre Lierneux et Baneux

Juste avant d’atteindre la ville, nous effectuons presqu’un demi-tour et montons un chemin herbeux encaissé. Nous passons à côté de la « Pierre de la Falhotte ». Dédiée à la déesse viking Fal ou Faule, sœur de Thor (dieu de la foudre), cette pierre était aussi appelée pierre du Diable ; ce qui n'a pas empêché des générations d'enfants d'y jouer à l'alpiniste en herbe.

GR 14 entre Lierneux et Baneux, Pierre de la Falhotte

Nous descendons, une dernière fois, vers Lierneux. Ce tronçon, au milieu des prés, passe sous les pylônes du téléski car nous sommes ici, sur les pistes de ski du Monty. Cette station familiale, à 500 mètres d’altitude, propose deux pistes de ski alpin, quinze kilomètres de pistes balisées pour le ski de fond ainsi qu’une piste de 200 mètres pour faire de la luge.

GR 14 entre Lierneux et Baneux, piste de ski Le Monty

La descente se poursuit, sur un étroit sentier, jusqu’à la N822. Nous ne restons pas longtemps sur la grand-route puisqu’après 100 mètres, nous tournons à gauche et grimpons vers Baneux. Cette ascension d’1,5 km s’effectue d’abord sur un chemin de terre puis, à l’approche du hameau, sur une petite route asphaltée. Si Baneux est formé de quelques belles anciennes fermettes en pierre du pays, il y aussi de nombreuses constructions plus récentes, sans charme.

GR 14 entre Lierneux et Baneux, fermette à Baneux

A la sortie du hameau, le tracé rouge et blanc, poursuit sa montée en se dirigeant vers un bois. A l’orée de celui-ci, sur la droite, une table d’orientation (550 mètres d’altitude) permet d’apprécier le panorama sur Lierneux et ses environs.

GR 14 entre Baneux et Malempré, tabele d'orientation

C’est à travers bois que s’effectue les deux kilomètres nous menant à l’autoroute E25. Après avoir atteint les 580 mètres d’altitude (point le plus haut de l’étape), nous poursuivons en légère descente et entrons, sans le remarquer, dans la province du Luxembourg. Il est presque 17h lorsque nous arrivons à Malempré, petit village situé de l’autre côté de l’autoroute, où se termine cette longue étape.