Les Randos de Fred & Paul

Etape 1 : Pont-de-Scay → Aywaille (15 km) réalisée en août 2016

Info : pour effectuer cette étape, nous avons pris le train entre les gares d'Aywaille et de Rivage.

Depuis la gare de Rivage, nous devons marcher 900 mètres pour rejoindre le GR qui débute au passage à niveau du hameau de Pont-de-Scay. Nous sommes ici au point de confluence entre l’Ourthe et l’Amblève.

L'Ourthe, d'une longueur de 165 km, est issue de la confluence de l'Ourthe orientale (dont la source est sur la commune de Gouvy) et de l'Ourthe occidentale (qui prend sa source sur la commune de Libramont-Chevigny). Après avoir traversé Houffalize, l'Ourthe orientale reçoit sur sa gauche son homonyme occidental au pied du village d'Engreux. Elle est retenue par le barrage de Nisramont. On distingue généralement deux parties dans le cours commun : la Haute-Ourthe jusqu'à La Roche-en-Ardenne, et en aval la Basse-Ourthe confluant avec la Meuse à Liège.

Après 200 mètres parcouru à plat, le tracé rouge et blanc emprunte un sentier, à l'arrière d’une maison de repos. Ce sentier grimpe en lacets vers le haut de la colline et nous emmène au sommet de la réserve naturelle domaniale « Les Tartines ». Ces affleurements rocheux sont dus à la dissolution de bancs de calcaire tendre compris entre des bancs plus durs.

GR 571 entre Comblain-au-Pont et Oneux, montée dans la réserve naturelle les Tartines Réserve naturelle les Tartines (vue de Comblain-au-Pont)

Nous poursuivons notre chemin pour atteindre les prairies en bordure du village d'Oneux, d'où nous pouvons apercevoir la carrière de la Belle-Roche. Autrefois carrière de petit granit, la Belle-Roche est aujourd'hui un site d'extraction de calcaire concassé destiné notamment à la fabrication de routes et autoroutes.

GR 571 entre Comblain-au-Pont et Oneux

Nous passons tout près de l’église d’Oneux. Vers 1840, le projet d’une église et d’un cimetière à Oneux naît dans la tête des villageois qui se rendaient alors à pied à la messe de Comblain mais qui ne désiraient plus dépendre du passeur d’eau pour rejoindre la paroisse. En 1849 et 1850, les habitants du village construisent le nouvel édifice d’après un relevé fait à l’église de Poulseur ramené à des proportions plus modestes. Les matériaux trouvés sur place, grès et petit granit, sont épincés ou taillés par les carriers ou tailleurs locaux. La construction de l’église s’achève en 1851. Le clocher, jugé trop petit est rehaussé en 1862. L’édifice subira encore plusieurs campagnes de restauration.

Nous traversons un carrefour où se trouve une fontaine sculptée en 1991, dans le cadre de l’année des fontaines, à l’emplacement de l’ancienne fontaine (supprimée lors de l’installation du réseau de distribution d’eau), dont elle est la copie. Le GR longe le cimetière et se poursuit sur un chemin empierré. C’est au début de celui-ci que nous lisons ce panneau racontant la légende du « Ravin aux Louis d’Or ».

GR 571 à Oneux, fontaine

Légende du Ravin aux Louis d'Or

Cliquer sur l'image pour l'agrandir

Le chemin passe un petit vallon avant d’entrer dans un bois. A la sortie de celui-ci, nous continuons, dans la même direction, sur des chemins de terre au milieu des prairies. Nous profitons, sur la gauche, du panorama qu’offre la colline surplombant la rive gauche de la vallée de l’Amblève.

GR 571 entre Oneux et Chambralles GR 571 entre Oneux et Chambralles, vue sur la vallée de l'Amblève

Nous atteignons une belle fontaine dont le muret nous servira de banc pour la pause de midi. 200 mètres plus loin, nous découvrons les premières maisons du hameau de Chambralles. Pendant un kilomètre, nous suivons une route asphaltée montant vers la crête et profitons, ici aussi, d’un beau paysage.

GR 571 entre Oneux et Chambralles, fontaine GR 571 entre Chambralles et Martinrive, vue sur la vallée de l'Amblève

Presqu'au sommet de la crête, nous découvrons le puits Hayard. C'est une petite excavation, d'environ un mètre de profondeur, remplie jusqu'aux trois quarts d'une eau cristalline. Trois tilleuls séculaires abritent le puisard. Une croix de bois, antique et vermoulue, était plantée devant l'un des arbres. Elle fut remplacée en 1908, par un crucifix en fer forgé, reposant sur un socle en granit. On attribue à cette source la propriété miraculeuse de guérir toutes les maladies des yeux.

GR 571 entre Chambralles et Martinrive, puits Hayard

Le GR 571 quitte l’asphalte pour un chemin descendant entre les prairies. Nous poursuivons ce parcours campagnard et reprenons un peu d’altitude. Un agréable sentier ombragé circulant sur la crête nous mène jusqu’à la Croix de Septroux.

GR 571 entre Chambralles et Martinrive GR 571 entre Chambralles et Martinrive

Depuis cette grande croix en bois, nous avons un beau point de vue sur Aywaille et la vallée de l’Amblève. Si Aywaille semble très proche, nous allons pourtant encore devoir parcourir 7 km avant d’y arriver car le tracé rouge et blanc effectue ici un grand détour.

Aywaille : Croix de Septroux Aywaille : Croix de Septroux, vue sur Aywaille

Après cette croix, nous prenons un sentier descendant vers le hameau de Septroux où nous retrouvons l’asphalte. D’ici nous apercevons, de l’autre côté de la vallée, les ruines du château d’Amblève où nous passerons tout à l’heure. Environ 800 mètres plus loin, nous quittons la route pour suivre un chemin descendant dans le bois jusqu’à la N633.

Aywaille, ruines du château d'Amblève

Nous traversons la grand-route puis le pont sur l’Amblève avant d’arriver dans le village de Martinrive. Si à proximité de la Croix de Septroux, nous étions à 275 mètres d’altitude, nous sommes à présent 155 mètres plus bas mais, le GR ne va évidemment pas rester dans la vallée.

En suivant la route de Rouvreux, nous passons par-dessus la ligne de chemin de fer et à côté d’une grande chapelle. Celle-ci fut érigée en 1908 grâce à l'initiative et à la générosité de Max Lohest et de son épouse alors propriétaires de l'ancien moulin de Martinrive. Ils avaient émis le souhait qu'une messe soit dite chaque dimanche ainsi que lors de tous les jours fériés de l'année. A l'époque et durant quelques années, leur demande fut respectée ce qui n'est plus le cas actuellement. La chapelle, dédiée au Cœur Immaculé de Marie, n'est quasiment plus fréquentée mais elle est cependant toujours bien entretenue.

Aywaille - Martinrive, chapelle Cœur Immaculé de Marie

Le balisage nous invite à quitter la route pour un sentier, à peine visible, montant dans le bois. Après cette rude montée, nous continuons sur un large chemin herbeux puis sur l’assiette d’une ancienne voie ferrée. Cette dernière permettait d’évacuer les pierres d’une carrière toute proche.

GR 571 entre Martinrive et Aywaille GR 571 entre Martinrive et Aywaille

Nous quittons temporairement le GR pour aller nous promener dans les ruines du château d’Amblève. En 855, un château existait déjà à Neufchasteau-sur-Amblève puisqu'un acte en confirme la donation par Lothaire II à l'abbaye de Stavelot. Il fut détruit par des barbares venus du Nord. En 1049, il est fait mention du château actuel. En 1252, il appartient au Limbourg et, en 1285, au Brabant. Il passe ensuite par plusieurs mains et notamment celles de Philippe le Hardi et la maison de Bourgogne.

Résidence de seigneurs, la forteresse fut également le siège de la cour de justice de Sprimont. Le castel féodal a été démoli en 1578 lors des guerres de Religion. Il a conservé quelques vestiges intéressants de son glorieux passé : une bonne partie du mur d'enceinte, la basse-cour, la cour centrale et la cour d'honneur, un pan de mur du donjon avec ses cheminées toujours visibles, la cuisine, la citerne, l'emplacement du corps de logis, une cave,...

Aywaille, ruines du château d'Amblève Aywaille, ruines du château d'Amblève

Nous admirons la vue sur la vallée de l’Amblève et le château d’Emblève avant de redescendre dans la vallée. Les deux derniers kilomètres de l’étape sont les moins passionnants puisqu’ils suivent une petite route rectiligne jusqu’à l’entrée d’Aywaille. Si le GR 571 ne traverse pas l’Amblève, nous devons par contre passer le pont sur la rivière pour rejoindre la voiture laissée ce matin à la gare (500 mètres hors GR).

Vue sur la vallée de l'Amblève depuis les ruines du château d'Amblève